Les eurodéputés approuvent la directive sur l’efficacité énergétique

plenary.jpg

L’UE a scellé sa politique pour l’efficacité énergétique hier (11 septembre), lorsque le Parlement européen a apporté son soutien à la directive relative à l’efficacité énergétique négociée avec les Etats membres avant les congés estivaux.

Cette directive a résulté du sommet de mars 2007 lors duquel les États membres se sont mis d'accord sur un objectif de 20 % d’efficacité énergétique d'ici 2020, ainsi que sur un objectif de 20 % relatif à l'utilisation des énergies renouvelables et à la réduction des émissions de CO2. Ces deux derniers points ont été abordés immédiatement, mais la réglementation sur l'efficacité énergétique a été reportée à 2012.   

La pièce manquante

« Il s'agissait de la pièce manquante du paquet de 2007 sur le climat », a déclaré Claude Turmes, l'eurodéputé vert luxembourgeois qui a négocié la directive au nom du Parlement européen.

Les eurodéputés ont voté en faveur de cette directive en séance plénière, à raison de 632 voix contre 25.  

Par rapport à la réglementation existante, cette directive apporte les modifications suivantes :

  • les entreprises énergétiques doivent réduire d'au moins 1,5 % par an leurs ventes aux consommateurs industriels et particuliers ;
  • la rénovation de 3 % des bâtiments publics « possédés et occupés par des gouvernements centraux » ;
  • l'obligation pour tous les  États membres de rédiger une feuille de route visant à rendre le secteur du bâtiment plus efficace sur le plan énergétique d'ici 2050 (bâtiments commerciaux, publics et privés inclus).

Cette nouvelle directive comprend également des mesures supplémentaires sur les audits énergétiques et la gestion énergétique des grandes entreprises, ainsi que des analyses coût-bénéfice pour la production combinée de chaleur et d'électricité (PCCE) et le marché public. 

Accord de compromis

Les États membres ne sont pas parvenus à se mettre d'accord sur un objectif contraignant. Ils ont donc décidé de fixer un objectif indicatif de 20 % d'économies d'énergie et d'instaurer plusieurs mesures contraignantes.

Ces mesures devraient permettre d'atteindre 15 % d'économies d'énergie d'ici 2020, un pourcentage bien inférieur à celui de 20 % pour lequel les États membres avaient donné leur accord de principe lors d'un sommet de l'UE en 2007.

Pour combler cet écart, ce pourcentage sera assorti d'une réglementation sur l'efficacité des carburants pour les véhicules et de nouvelles normes sur les produits, comme les chaudières, qui seront ajoutées à la directive sur l'écoconception. Cela amènera les économies énergétiques de l'UE à 17 %. Le reste de ce pourcentage sera calculé comme suit :

  • En avril 2013, les États membres devraient présenter leurs programmes pour l'efficacité et calculer l'objectif qu'ils peuvent atteindre. La Commission européenne évaluera ensuite ces programmes nationaux.
  • Si l'analyse de la Commission démontre que l'UE n'est pas en bonne voie pour atteindre son objectif de 20 % d'économies d'énergie, elle devra ajouter de nouvelles mesures contraignantes à sa directive afin de combler l'écart.
  • Si les États membres n'appliquent pas ces nouvelles mesures et ne parviennent toujours pas à atteindre l'objectif, l'exécutif européen devra alors proposer des objectifs contraignants.
  • Les économies seront calculées à partir de 2014 et la directive sera révisée en 2016.

Mise en oeuvre au niveau national

M. Turmes a évoqué le risque que les États membres freinent la mise en oeuvre de la directive à l'échelle nationale. Il estime que certains pays ont « tiré les négociations vers le bas ».

La Commission a mis sur pied une équipe de six personnes dédiée à l'application de la directive, a appris EURACTIV. Cette équipe devrait prochainement publier plusieurs notes interprétatives pour éclaircir les points ambigus du texte. Elles ne seront pas juridiquement contraignantes et laisseront donc les pays libres de suivre leur propre interprétation de la loi. 

« Nous sommes inquiets quant à la volonté ou la capacité de la Commission à s'imposer face aux États membres », a affirmé Brook Riley des Amis de la Terre Europe. « Tout le monde sait que les États membres ont fait pression sur la Commission pour affaiblir la directive avant et pendant les négociations. Selon toute probabilité, ils tenteront d'introduire des formulations vagues à ce texte dont ils sont majoritairement responsables, afin de vider un peu plus cette directive de son sens », a-t-il prévenu.

M. Riley a affirmé que les États membres s'étaient déjà secrètement divisés en deux groupes de travail : un groupe technique, la CA ESD (Concerted Action Energy Services Directive) et un groupe politique, le comité EDM (Energy Demand Management Committee).

Défis à relever

Le commissaire européen à l'énergie, Günther Oettinger, a qualifié cette directive de « pragmatique » et d'« innovante », mais il a souligné : « Nous espérons qu'elle ne mettra pas l'économie à mal et qu'elle pourra être mise en oeuvre sans trop de bureaucratie. »

Le cadre juridique devrait permettre un certain niveau de certitude et donc de stimuler les investissements du secteur dans les mesures d’efficacité énergétique, mais certains eurodéputés craignent que la mise en oeuvre se révèle plus complexe. 

« Nous risquons de nous retrouver avec un cadre très compliqué et difficile à mettre en œuvre. Sans oublier les problèmes sociaux liés à l'efficacité énergétique. Nous verrons comment la mise en oeuvre se déroule », a déclaré l'eurodéputé autrichien de centre-droit Richard Seeber (Parti populaire européen).

D'une part, les factures des consommateurs seront sans doute revues à la hausse afin de couvrir les coûts de départ des mesures pour l'efficacité énergétique. D'autre part, les entreprises énergétiques devront réaliser 1,5 % d'économies d'énergie par an pour leurs clients.

D'autres options de financement sont sur la table, notamment via le soutien de la Banque européenne d'investissement (BEI), des emprunts obligataires pour le financement de projets ou des fonds issus du système d'échange de quotas d'émission de CO2. La première source de financement directe reste toutefois le prochain budget européen pour 2014-2020, qui devrait consacrer environ 20 milliards d'euros à des projets « verts » et d'efficacité énergétique dans les bâtiments. 

« Je pense qu'il est tout à fait pertinent d'inclure dans les discussions sur le budget une série d'objectifs que nous cofinancerons pour promouvoir l'efficacité énergétique. Nous avons besoin d'incitations dans le meilleur sens du terme, nous devons encourager les autorités locales à investir dans l'efficacité énergétique », a affirmé M. Oettinger.

Les investissements nécessaires pour que les États membres atteignent leurs objectifs pourraient cependant représenter deux fois plus d'argent, soit 40 à 50 milliards d'euros.

Modifications de dernière minute

L’Allemagne semble inquiète quant aux coûts de cette directive et a fait part de ses préoccupations en amont du débat final sur la directive au Parlement, a expliqué M. Turmes.

Avant le vote de mardi, l'eurodéputé vert a déclaré que le ministère allemand de l'économie avait fait pression sur les juristes qui avaient autorisé la traduction de la directive de l'anglais vers l'allemand. Par conséquent, la traduction du concept de « rapport coût-efficacité » a été légèrement modifiée dans le texte allemand, a expliqué M. Turmes. Cette modification a permis de supprimer du texte toute notion de bénéfices sociaux des mesures pour l'efficacité énergétique. « C'est très clair pour tous les experts allemands en énergie », a-t-il souligné. 

« J'ai été très choqué face à la rigueur des Allemands lorsqu'ils ont tenté de réinterpréter le texte de loi », a poursuivi M. Turmes lors de sa déclaration en séance plénière du Parlement à Strasbourg. Selon lui, le terme « indicatif », qualifiant certains objectifs dans la directive, a également posé problème. Il a été remplacé par l'expression « non contraignant ».

Lors de la séance plénière, M. Turmes a invité M. Oettinger à lui fournir des explications, mais sa demande est restée sans réponse.

Monique Goyens, la directrice générale du BEUC

Monique Goyens, la directrice générale du BEUC, l'association des consommateurs européens, craint que ce soit les les consommateurs qui aient le plus à perdre lors de la mise en oeuvre de la directive sur l'efficacité énergétique.

« Les consommateurs risquent de payer deux fois. D’une part, les sociétés d'énergie factureront à leurs clients le coût de ces mesures. D’autre part, comme la législation laisse au secteur de l'énergie les mains libres pour le choix des mesures à prendre pour réaliser les économies nécessaires, il n’est nullement garanti que les consommateurs en bénéficieront réellement », a-t-elle déclaré. 

« Pour qu’elles soient avantageuses pour les consommateurs, les économies doivent être faites d'une manière transparente et efficace », a ajouté Mme Goyens.

L'eurodéputée libérale britannique Fiona Hall a déclaré : « Selon la Commission, le texte de la directive permettra d'atteindre 15 % d'économie, l'objectif étant de 20 %. Les mesures proposées sur les chaudières, les voitures et les camionnettes nous amèneront à 17 %. Mais la mesure sur les chaudières est toujours à l'examen et le texte sur les voitures et les camionnettes n'a pas encore été adopté par le Parlement. Il reste donc du travail et nous devrons nous montrer ambitieux. J'attends avec impatience les mesures supplémentaires promises pour combler l'écart restant de 3 %. »

 

L'eurodéputé allemand Herbert Reul (Parti populaire européen) a quant à lui déclaré : « J'aurais préféré un résultat différent, un objectif contraignant clair et moins de règles, de réglementations et de politique européenne. Il aurait sans doute mieux valu se mettre d'accord sur des incitations à l'investissement plutôt que sur des règles. » M. Reul a reproché à l'eurodéputé Claude Turmes, en charge du rapport sur la directive relative à l'efficacité énergétique au nom du Parlement, d'être trop catégorique et pas assez flexible.

L'eurodéputée slovène Romana Jordan (PPE) affirme toutefois que « les investisseurs se font rares en ces temps de crise ».

L'eurodéputée social-démocrate Adriana ?ic?u (Parti des socialistes européens, Roumanie), a quant à elle déclaré : « Il s'agit d'un objectif ambitieux pour les États membres, mais nous ne proposons aucun financement. Nous devrions inclure cette directive aux négociations sur le budget de l'UE. »

Son collègue danois du PPE Bendt Bendtsen a souligné que les entreprises locales pourraient créer de nouveaux emplois : « C'est un résultat très positif. »

L'eurodéputée italienne Amalia Sartori (PPE) a affirmé : « C'était le seul compromis que nous puissions atteindre. Il revient à présent aux États membres d'accélérer les procédures pour encourager les entreprises publiques et privées. »

Sa collègue espagnole Pilar del Castillo Vera (PPE) a quant à elle déclaré : « Il s'agit de l'une des plus importantes mesures législatives de ce mandat parlementaire. Les États membres disposent de suffisamment de flexibilité pour mettre en oeuvre de nouvelles mesures. C'est important, car il existe une grande diversité au sein de l'UE. »

L'eurodéputé néerlandais Bas Eickhout (Verts/ALE) a déclaré : « L'efficacité énergétique est le meilleur moyen d'économiser de l'énergie au sein de l'UE. A quand la directive sur l'écoconception et les chaudières efficaces ? Nous savons que quelque chose se prépare, mais quand cette directive sera-t-elle rendue publique ? »

L'eurodéputée portugaise Marisa Matias de la Gauche verte nordique a affirmé : « Nous devons prendre ces investissements au sérieux. L’efficacité énergétique ne doit pas être perçue comme un élément secondaire, car elle représente un bon moyen de lutter contre la crise. »

L'Europe cherche à réduire sa consommation d'énergie primaire de 20 % d'ici 2020, un objectif qui n'est pas juridiquement contraignant.

La directive sur l'efficacité énergétique a été proposée par la Commission européenne en 2011 dans le but d'atteindre cet objectif. Le Parlement européen, le Conseil et la Commission ont abouti à un accord sur la directive proposée en juin 2012.

Cette directive :

  • propose des mesures individuelles pour chaque secteur qui pourrait jouer un rôle dans la réduction de la consommation d'énergie, à l'exception des transports. Cela comprend une obligation controversée qui force les entreprises énergétiques à réaliser 1,5 % d'économies d'énergie par an sur leurs factures aux consommateurs.
  • demande aux Etats membres d'adopter des stratégies à long terme sur la rénovation du parce immobilier européen.
  • oblige les autorités à rénover les bâtiments publics même si cette norme s'applique uniquement à ceux « possédés et occupés » par les gouvernements nationaux par opposition aux autorités régionales ou locales.

 

  • Avril 2013 : les États membres présenteront leurs programmes nationaux pour la mise en oeuvre de la directive sur l'efficacité énergétique.
  • 2014, 2016 : la Commission européenne devrait réviser la directive sur l'efficacité énergétique.

Documents officiels de l'UE

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.