Les législateurs soutiennent l’hydrogène « à faible teneur en carbone », mais restent muets sur le nucléaire

Attendre l'hydrogène renouvelable serait comme botter en touche pendant dix à quinze ans, a déclaré Jens Geier, un eurodéputé allemand des socialistes et démocrates (S&D) qui est l'auteur du projet de résolution. [Alexis Haulot]

La commission de l’industrie et de l’énergie du Parlement européen a adopté lundi 22 mars une résolution en faveur de l’hydrogène produit à partir de sources d’énergie « à faible teneur en carbone », notamment le gaz fossile avec séquestration du carbone. Le texte ne mentionne toutefois pas le nucléaire comme une source d’énergie potentielle.

Le projet de résolution du Parlement sur la stratégie pour l’hydrogène de la Commission européenne, présenté en juillet 2020, encourage l’utilisation d’hydrogène à faible teneur en carbone à court et moyen terme, comme moyen de développer le marché.

L’UE doit « développer une économie durable de l’hydrogène qui vise à rendre l’hydrogène propre compétitif dès que possible », indique le projet de résolution, adopté par 46 voix pour, 25 contre et 5 abstentions.

Attendre l’hydrogène renouvelable serait comme botter en touche pendant dix à quinze ans, a déclaré Jens Geier, un eurodéputé allemand des socialistes et démocrates (S&D) qui est l’auteur du projet de résolution.

« Je ne peux vraiment pas dire combien de temps l’hydrogène bleu sera utilisé, car je ne suis pas un prophète. Cela dépend d’un grand nombre de circonstances que nous ne pouvons influencer politiquement que dans une certaine mesure », a-t-il déclaré à EURACTIV.

L’hydrogène dit « bleu » est obtenu en capturant le CO2 du gaz naturel et en le stockant sous terre. Selon la stratégie de la Commission européenne en matière d’hydrogène, cette méthode est considérée comme un moyen « faible en carbone » de produire de l’hydrogène, aux côtés de « l’hydrogène basé sur l’électricité » lorsque les sources d’énergie sont faibles en carbone.

Le projet de résolution va maintenant être transmis au Parlement européen pour un vote en plénière en avril.

"Il est essentiel que la législation de l'UE ne différencie pas les couleurs de l'hydrogène", selon le ministre polonais du Climat

La Pologne a salué l’inclusion de l’infrastructure de l’hydrogène dans la refonte du règlement de la Commission européenne sur les réseaux énergétiques transfrontaliers.

Au Parlement, le Parti populaire européen (PPE), de centre-droit, s’est également montré favorable à la création d’un marché de l’hydrogène utilisant des sources d’énergie « à faible teneur en carbone ».

« Les Verts et la gauche ne pensent pas que l’hydrogène à faible teneur en carbone devrait également être inclus dans la stratégie sur l’hydrogène, mais que le déploiement devrait se concentrer exclusivement sur l’hydrogène renouvelable », a déclaré Angelika Niebler, porte-parole du PPE pour la stratégie sur l’hydrogène.

« En fait, nous nous opposons fermement à cela. Nous pensons que pour développer un marché de l’hydrogène, nous avons besoin de l’hydrogène à faible teneur en carbone comme technologie de transition », a-t-elle ajouté.

Mais WWF et le groupe de réflexion sur le climat Sandbag ont averti que le rapport est « chargé de risques » car il rend l’hydrogène à faible teneur en carbone éligible au financement public et au soutien politique.

« Le Parlement européen avait l’occasion de proposer une vision pour le développement efficace et stratégique de l’hydrogène, mais il l’a gâchée », a déclaré Imke Lübbeke, responsable du climat et de l’énergie au bureau des politiques européennes de WWF.

« Les thèmes régressifs de la discussion du Parlement reflètent la tendance inquiétante à promouvoir l’hydrogène sous toutes ses formes, pour tous les usages, sans tenir compte des autres options plus efficaces qui existent et sans se demander si une application particulière de l’hydrogène a un sens dans le contexte plus large de la décarbonisation du système énergétique », a déclaré Adrien Assous de Sandbag.

Cependant, les militants ont été heureux de voir les députés européens exprimer leur prudence quant au mélange de l’hydrogène avec le gaz fossile dans les pipelines, malgré le fort lobbying de l’industrie.

Les grands constructeurs de camions au sein de l'UE se tournent vers l'hydrogène

Mardi 15 décembre, sept grands constructeurs de camions se sont engagés à cesser de vendre des véhicules à carburant fossile d’ici à 2040.

Le nucléaire boudé

Le rapport promeut la neutralité technologique, ce qui signifie qu’il ne favorise pas une technologie en particulier mais laisse le marché décider à la place, a déclaré Mme Niebler à EURACTIV.

Cependant, le rapport ne mentionne pas le nucléaire comme une source d’énergie à faible émission de carbone, alors qu’il cite le captage, l’utilisation et le stockage du carbone (CCUS), même si les deux sont largement considérés comme à faible émission de carbone.

L’énergie nucléaire n’a pas non plus été mentionnée dans un texte sur l’hydrogène voté par la commission de l’environnement du Parlement en janvier, en raison de sa sensibilité politique.

Dans ce cas, la formulation a été choisie parce que les pays de l’UE sont souverains sur leur mix énergétique, a expliqué Mme Geier à EURACTIV.

Un amendement de compromis « souligne le rôle que le CCUS sûr pour l’environnement » peut jouer dans la réalisation du Green Deal et la réduction des émissions de gaz à effet de serre, ajoutant toutefois que « la stratégie nette zéro de l’UE devrait donner la priorité aux réductions d’émissions directes et aux actions maintenant et améliorant les puits et réservoirs naturels de l’UE ».

Le CCUS n’est pas encore disponible à l’échelle commerciale. Selon le rapport 2019 sur l’état mondial du CSC, il n’y a que 19 installations CCUS en service dans le monde, qui capturent un total de 40 millions de tonnes de CO2 chaque année.

Mais l’Agence internationale de l’énergie a suggéré que « le CCUS peut soutenir une mise à l’échelle rapide de la production d’hydrogène à faible teneur en carbone pour répondre à la demande actuelle et future de nouvelles applications dans les transports, l’industrie et les bâtiments ».

« Nous pensons qu’il faut développer cette technologie – le captage et le stockage du carbone (CSC) et le captage et l’utilisation du carbone (CCU), en particulier pour les applications industrielles – et nous voulions donc une formulation positive », a déclaré Mme Niebler.

« Si vous regardez le compromis que nous avons trouvé sur le CSC et le CCU, cela montre que nous voyons l’énorme potentiel du déploiement et de la mise à l’échelle de cette technologie », a-t-elle ajouté.

Le rapport préconise également une classification juridique des différents types d’hydrogène, que la Commission devrait présenter dans le cadre de la troisième révision de la directive sur les énergies renouvelables en juin, ainsi que la nécessité urgente de normes européennes pour surmonter les obstacles réglementaires.

Le rapport devrait être présenté en plénière en avril.

L'hydrogène produit à partir du nucléaire sera estampillé « à faible teneur en carbone »

La Commission européenne considérera l’hydrogène produit à partir de l’énergie nucléaire comme étant « à faible teneur en carbone », a déclaré un haut fonctionnaire de l’UE qui s’est exprimé au Parlement européen lundi 16 novembre.

Supporter

Ce partenaire soutient le travail d'EURACTIV sur Hydrogène. Ce soutien permet à EURACTIV de consacrer des ressources éditoriales supplémentaires pour couvrir le sujet plus amplement et en profondeur. Le contenu éditorial d'EURACTIV ne reflète pas les opinions de ses partenaires.

Fuel Cells and Hydrogen Joint Undertaking


Subscribe to our newsletters

Subscribe