Les ministres européens de l’Énergie se préparent à un avenir sans énergie russe

« Nous nous occuperons de la sécurité de l’approvisionnement en Europe », a déclaré la commissaire à l’Énergie, Kadri Simson, aux journalistes avant une réunion spéciale des ministres de l’Énergie de l’UE qui s’est tenue à Bruxelles lundi 28 février. [European Commission]

Alors que les sanctions de plus en plus sévères imposées à la Russie mettent en péril la sécurité énergétique de l’UE, les ministres de l’Énergie se sont réunis à Bruxelles pour discuter des plans d’urgence de l’Union, faire le point sur la situation et se préparer à l’hiver prochain.

L’Europe importe de Russie environ 40 % de son gaz, 35 % de son pétrole brut et plus de 40 % de son charbon. Suite à l’incertitude entourant ces importations d’énergie, l’UE doit se préparer pour l’hiver prochain, car les réserves de gaz devraient atteindre des niveaux historiquement bas.

« Nous nous occuperons de la sécurité de l’approvisionnement en Europe », a déclaré la commissaire à l’Énergie, Kadri Simson, aux journalistes avant une réunion spéciale des ministres de l’Énergie de l’UE qui s’est tenue à Bruxelles lundi 28 février.

La réunion a été convoquée pour discuter de la situation actuelle en Ukraine et de l’impact de l’attaque russe sur la sécurité énergétique en Europe, ainsi que de la situation sur les marchés de l’énergie.

« Je ferai part aux ministres de notre évaluation et de nos plans d’urgence, la situation actuelle est tendue », a ajouté Mme Simson, en faisant remarquer que l’UE disposait au moins d’un « stock robuste » de réserves pétrolières.

La Commission européenne affirme que même si la Russie devait couper toutes les fournitures d’énergie à l’Europe, ce qu’elle n’a pas encore fait malgré les sanctions massives imposées par l’UE, la situation deviendra plus difficile une fois que l’Union entrera dans l’hiver 2022/2023.

« À court terme, l’analyse de la Commission a montré qu’il n’y a aucun risque pour la sécurité de notre approvisionnement énergétique dans l’UE », a expliqué Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique.

« Nous estimons actuellement que l’UE peut passer cet hiver en toute sécurité. Pour l’instant, les flux de gaz d’est en ouest se poursuivent, les livraisons de GNL à l’UE ont considérablement augmenté et les prévisions météorologiques sont favorables. », a-t-elle déclaré.

Mais pour l’avenir, « l’hiver prochain, les États membres et la Commission vont intensifier leur coordination pour renforcer notre capacité d’importation de GNL par exemple », a-t-elle ajouté.

« Nous devrons utiliser nos terminaux du mieux que nous pouvons, nous devons remplir ces terminaux, nous devons augmenter nos stocks. Et nous devons avoir plus d’échanges avec les pays producteurs exportateurs. »

Les commentaires de Mme Pompili concernant spécifiquement la question de l’importation de GNL interviennent à un moment où les analystes européens de l’énergie sont de plus en plus sceptiques quant à la capacité de l’UE à se passer facilement du gaz russe au cours de l’hiver prochain.

Le groupe de réflexion Bruegel a présenté trois scénarios dans son analyse du 28 février.

  • Pas de gaz russe du tout, ce qui obligerait l’UE à réduire sa demande énergétique de 10 à 15 % du total annuel,
  • Des importations russes limitées, qui verraient Nord Stream 1 et Turkstream fonctionner à pleine capacité, tandis que le transit par l’Ukraine et la Pologne serait arrêté. Cela signifierait que « Gazprom gagnerait beaucoup d’argent » tandis que l’Europe continuerait à « souffrir d’un marché du gaz hautement volatile. »
    Des importations russes moyennes, sans sanctions énergétiques de part et d’autre, les obligations contractuelles à long terme de Gazprom, comme l’indiquent les flux de gaz de 2021, signifieraient que les stockages pourraient être « facilement réapprovisionnés » et que le scénario « entraînerait une baisse des prix. »

Mais alors que l’UE connaît un changement de paradigme après l’autre, tous les regards sont tournés vers l’Allemagne, qui est à la fois le plus grand pays de l’UE – d’un point de vue économique – et l’un des plus dépendants du gaz russe.

Dépendance des pays européens vis-à-vis du gaz russe. Source : Bruegel

L’Allemagne prend conscience de son problème de gaz

« L’attaque russe contre l’Ukraine doit aussi réveiller l’Europe en matière de politique énergétique. La politique énergétique est une politique de sécurité », a expliqué Robert Habeck, vice-chancelier allemand et ministre de l’Économie et de la protection du climat.

« Le renforcement de notre souveraineté énergétique renforce notre sécurité », a-t-il ajouté, proposant une solution en deux étapes aux problèmes énergétiques de son pays.

« Nous devons surmonter la forte dépendance aux importations russes de combustibles fossiles — un belliciste n’est pas un partenaire fiable », a déclaré M. Habeck, ajoutant que « deuxièmement, nous devons faire avancer la transition énergétique au niveau européen. »

Avant la participation de M. Habeck à la réunion spéciale, les détails de son ambition de créer des réserves énergétiques stratégiques pour le gaz et le charbon avaient déjà été rendus publics.

À partir d’août 2022, les stocks de gaz allemands devront être remplis à 65 %, puis à 80 % en octobre et à 90 % le 1er décembre, selon une communication du ministère allemand vue par le Spiegel.

Le 1er février, les réserves de gaz devront être remplies à 40 %. La réglementation a été étroitement coordonnée avec les pays de l’UE et devrait faire partie du « paquet de Pâques » de M. Habeck.

En ce qui concerne le stockage du charbon, la situation est considérée comme plus difficile, car la plupart des centrales thermiques allemandes fonctionnent selon un système en flux tendu, ce qui signifie que le charbon est livré directement dans les fours.

Le gouvernement allemand pourrait obliger les exploitants de centrales à charbon à stocker 30 % de la consommation annuelle dans une réserve, a déclaré une source à EURACTIV.

L’Allemagne va constituer des réserves stratégiques de charbon et de gaz

Alors que la Russie a lancé son offensive contre l’Ukraine, l’Allemagne a décidé d’adopter des lois visant à garantir des réserves stratégiques d’énergie afin de limiter sa dépendance énergétique vis-à-vis de Moscou.

Des mesures supplémentaires à mettre en place

Néanmoins, alors que la Commission européenne devrait présenter « un deuxième lot de boîtes à outils pour faire face aux prix élevés actuels de l’énergie dans un avenir proche », parallèlement à la communication de l’UE sur la stratégie énergétique du bloc, un élément pensé dans le passé pourrait faire son retour.

Un « mécanisme volontaire » pour réduire la consommation d’énergie est en discussion, afin de « maîtriser la consommation », comme l’a expliqué Mme Pompili. « Bien sûr, c’est une discussion qui doit avoir lieu dans chaque État membre », a-t-elle ajouté.

Une sorte de mécanisme devrait inciter les consommateurs d’énergie à réduire leur consommation, ce que les gestionnaires de réseau de l’UE font déjà à plus petite échelle. Lorsque la demande d’électricité dépasse l’offre, les exploitants industriels pourraient se voir proposer des incitations financières pour réduire leur production afin de diminuer la demande.

Cette nouvelle initiative pourrait permettre de mettre en place un cadre européen afin de garantir la généralisation de ces programmes et pourrait même concerner les consommateurs au niveau des ménages.

« Nous y pensions déjà, car cela fait partie intégrante des mesures que nous voulons mettre en place à moyen et long terme, précisément pour contrer notre dépendance vis-à-vis de la Russie, et d’autres pays », a déclaré Mme Pompili, avant d’ajouter : « Nous devons renforcer la résilience européenne ».

Subscribe to our newsletters

Subscribe