Les systèmes de chauffage urbains au bord de la faillite

District heating in Serbia

Les systèmes de chauffage urbains n'ont pas encore été modernisés dans la plupart des Etats membres de l'UE, bien qu'ils fournissent aujourd'hui plus de 60  % de la chaleur et de l'eau chaude dans les pays du nord et de l'est de l'Europe.

Les systèmes de chauffage urbains sont le moyen le plus économique de fournir de la chaleur, de la vapeur et de l'eau chaude dans les villes à haute densité de population, selon l'organisation professionnelle Danish District Heating Association.

La récupération de la chaleur issue de la production d'électricité et des usines est une technique qui contribue largement à l'efficacité de l'ensemble du secteur énergétique, avance l'organisation. Les systèmes de chauffage urbains peuvent également utiliser des sources d'énergie renouvelables comme la paille, les copeaux de bois, les ordures municipales et la biomasse.

La Commission européenne a reconnu les avantages du chauffage urbain et estime qu'il pourrait permettre d'économiser de l'énergie primaire.

La directive sur l'efficacité énergétique récemment adoptée exhorte les États membres à produire une analyse coût-bénéfice sur le potentiel de cette technologie et à évaluer les économies qui pourraient être réalisées via la cogénération et les systèmes de refroidissement. Cette évaluation devrait être prête d'ici fin 2015.

Rénover et sauver le réseau

Il faut rénover les réseaux vétustes et endommagés de chauffage urbains, a déclaré Marc Delaye de Dalkia, une entreprise française spécialisée dans l'efficacité énergétique des entreprises d'électricité, de l'industrie et des bâtiments.

« S'ils ne sont pas modernisés dans les années à venir, ces réseaux de chauffage pourraient se retrouver au bord de la faillite », a commenté M. Delaye. « Pour imposer le chauffage urbain dans les pays qui disposent déjà de réseaux, il faut d'abord sauver ces réseaux. »

Les réseaux de chauffage urbains sont menacés dans des pays comme la Roumanie et la Bulgarie, selon M. Delaye. Si nous restons les bras croisés, ces réseaux pourraient s'effondrer à certains endroits, a-t-il prévenu.

Ce phénomène ne se limite pas aux pays cités. Les réseaux de chauffage urbains sont populaires dans les pays du nord, du centre et de l'est de l'Europe.

Au Danemark, 1,5 million de foyers sur 2,6 millions sont chauffés par des systèmes urbains, selon la Danish District Heating Association. Quelque 60 % des foyers danois sont connectés à ce réseau, la principale source de chauffage et d'eau chaude de la région.

En Roumanie, les stations centralisées couvrent la demande en chauffage d'environ 45 localités. En Pologne, c'est près de 80 % de la population urbaine qui a recours au chauffage distribué par les réseaux urbains.

Dans la plupart des anciens États communistes, les systèmes de chauffage sont aujourd'hui vétustes et défectueux. Ils s'avèrent également inefficaces, dans la mesure où la quantité de chauffage fournie était plus importante aux yeux des dirigeants que l'impact de la production sur l'environnement.

Certaines rénovations ont toutefois été effectuées. La KfW Entwicklungsbank allemande débloque des fonds depuis 2001 pour réhabiliter certains systèmes de chauffage urbains en Serbie. Ces financements ont permis aux entreprises de chauffage de réparer leurs réseaux de conduits, d'acheter des chaudières plus efficaces et de remplacer celles qui fonctionnaient au charbon ou à l'huile lourde. Ces anciennes chaudières étaient particulièrement inefficaces.

Ces réparations pèsent toutefois peu dans la balance, face à la quantité de systèmes à rénover, selon une étude du Centre japonais de coopération extérieure pour l'environnement (OECC).

Cette étude a révélé que près de 50 % de la chaleur générée était perdue lors du transport dans des conduits mal isolés, sur ou sous terre, qui se sont détériorés avec le temps. Dans certaines régions de la Roumanie, plus de 32 % du matériel de chauffage urbain a été installé il y a une trentaine d'années. La moitié des infrastructures du pays ont en outre été mises sur pied il y a 20 à 30 ans, selon les données de l'OECC.

Besoin de liquidités

Dans son plan pour un réseau énergétique européen intégré, la Commission européenne a fait savoir que la rénovation des systèmes de chauffage urbains devait être une priorité lorsque les conditions locales le justifiaient.

La rénovation des anciens réseaux défectueux est coûteuse et requiert dans certains cas des dizaines de millions d'euros. Toutes les entreprises interrogées par l'OECC en Roumanie et en Pologne ont désigné les contraintes budgétaires comme le principal obstacle à l'amélioration du réseau.

La rénovation entraîne généralement des factures plus élevées pour les consommateurs, ce qui les pousse à passer à des combustibles moins chers, mais plus polluants. M. Delaye pense toutefois que cette situation pourrait être évitée avec l'aide de l'UE, via des financements existants ou non, dans le cadre de la politique de cohésion, du fonds pour l'efficacité énergétique ou d'instruments financiers innovants.

« Le marché a besoin de liquidités, de fonds propres pour soutenir ce genre de projets et leur donner une certaine visibilité », a expliqué M. Delaye.

Les réseaux de chauffage urbains se sont multipliés dans les anciens pays du bloc soviétique, où les populations urbaines étaient concentrées dans des quartiers résidentiels construits à grande échelle. En Pologne, c'est près de 80 % de la population urbaine qui a recours au chauffage distribué par les réseaux urbains.

Le chauffage urbain est également populaire dans les pays du nord de l'Europe. Quelque 60 % des foyers danois sont connectés à ce réseau, la principale source de chauffage et d'eau chaude de la région.

Dans la plupart des pays de l'Est, cependant, les systèmes de chauffage sont aujourd'hui vétustes et endommagés. Ils doivent être réparés et rénovés.

  • D'ici 2016 : les États membres devraient présenter à la Commission européenne les résultats de leur analyse coût-bénéfice sur la mise sur pied de systèmes de chauffage urbains, de refroidissement et de cogénération à haute efficacité.

Documents officiels de l'UE

Entreprises et Industrie

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer