L’industrie allemande soutient la proposition d’embargo sur le pétrole

« L’industrie allemande soutient cette mesure », a déclaré Siegfried Russwurm, président de la plus grande association industrielle allemande. [Shutterstock/YAKOBCHUK V]

Les principales associations industrielles allemandes ont clairement exprimé leur soutien à la proposition de l’Union européenne visant à imposer un embargo progressif sur le pétrole russe, même si elles ont expliqué que cela constituerait un véritable défi.

« L’industrie allemande soutient cette mesure », a déclaré Siegfried Russwurm, président de la plus grande association industrielle allemande, la Bundesverband der Deutschen Industrie (BDI), dans une déclaration après que la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a présenté les propositions de Bruxelles pour l’élimination progressive du pétrole russe, mercredi matin.

M. Russwurm a également semblé optimiste quant à la faisabilité de la suppression progressive des importations de pétrole pour l’Allemagne. Depuis le début de la guerre en Ukraine, l’industrie a travaillé en étroite collaboration avec le gouvernement allemand pour « rendre cela possible dans la pratique », a-t-il souligné.

Selon lui, le remplacement du pétrole russe à court terme, bien que possible, entraînerait tout de même certains défis ainsi que des coûts supplémentaires.

Tout en saluant la période de transition que prévoit la Commission européenne, il a appelé le gouvernement allemand à soutenir davantage les consommateurs et les entreprises face aux prix élevés de l’énergie, qui risquent d’augmenter encore davantage avec l’interdiction du pétrole russe.

L’Association allemande de l’industrie chimique (VCI) a elle aussi exprimé son soutien pour une telle mesure. Elle a déclaré que les efforts fournis par le gouvernement du chancelier allemand Olaf Scholz au cours des dernières semaines avaient permis de remplacer suffisamment le pétrole russe par d’autres sources.

« Toutefois, nous sommes préoccupés par la nouvelle flambée des prix attendue pour le pétrole brut et donc aussi pour les matières premières », a affirmé le directeur de l’Association, Wolfgang Große Entrup.

De son côté, l’Association nationale des banques coopératives allemandes (BVR) a souligné les effets positifs que pourrait avoir une telle mesure. Un embargo pétrolier « fera probablement grimper les taux d’inflation déjà élevés, mais il pourrait aussi conduire à une transition plus rapide vers les énergies renouvelables », a inqiué Marija Kolak, présidente de l’Association.

Subscribe to our newsletters

Subscribe