Lithium, cobalt, nickel : pas plus de 30% d’autosuffisance européenne en 2030 selon un rapport français

Face aux projets annoncés de construction de 38 gigafactories de batteries électriques dans toute l'Union européenne, le risque de pénurie de matériaux critiques pour les alimenter est donc jugé « préoccupant » par l'auteur du rapport. [petrmalinak/Shutterstock]

En 2030, l’Europe ne produira pas plus de 30% de ses besoins en minerais stratégiques pour les batteries électriques de la transition énergétique, tels que lithium, cobalt ou nickel qu’elle sera obligée d’importer largement, indique lundi (10 janvier) un rapport remis au gouvernement français.

« D’une manière générale, les taux de dépendance resteront élevés, même à l’horizon 2030 sur l’ensemble de l’Europe : (seulement) 20 à 30% des besoins » en nickel, lithium, ou cobalt nécessaires aux batteries et installations électriques, « pourraient être produits par des fournisseurs européens », a déclaré à la presse l’industriel français Philippe Varin, auteur de ce rapport sur la « sécurisation de l’approvisionnement en matières premières minérales ».

« L’Union européenne est clairement en retard sur la Chine qui a pris 20 ans d’avance » sur le contrôle de l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement en minéraux et métaux stratégiques afin de sortir de la dépendance aux énergies fossiles, a dit M. Varin lors d’un briefing téléphonique avec la presse.

Face aux projets annoncés de construction de 38 gigafactories de batteries électriques dans toute l’Union européenne, le risque de pénurie de matériaux critiques pour les alimenter est donc jugé « préoccupant » par l’auteur du rapport.

Or pour l’UE, la mobilité électrique, en remplacement des moteurs thermiques, est cruciale, « car le transport émet 30% des gaz à effet de serre » des 27 pays, a-t-il expliqué.

Dans la foulée, le gouvernement français a immédiatement annoncé la mobilisation « d’une enveloppe d’un milliard d’euros » – 500 millions en aides d’Etat, subventions et avances remboursables, et 500 millions pour constituer un fonds d’investissement, destinée à « renforcer la résilience du tissu industriel sur les chaînes d’approvisionnement en métaux ».

M. Varin, ancien président de France Industrie, l’organisme qui rassemble toutes les branches de l’industrie française, avait été chargé de son rapport d’évaluation à l’automne dernier.

Nucléaire nouvelle génération : l'UE devra investir « 500 milliards d'ici à 2050 »

Les centrales nucléaires européennes de nouvelle génération nécessiteront un investissement de « 500 milliards d’ici à 2050 », estime le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton.

Subscribe to our newsletters

Subscribe