L’UE entend produire la totalité de ses batteries électriques d’ici à 2025

La Chine est actuellement en tête de la production de batteries électriques, mais l'Europe progresse rapidement. [National Grid]

En 2025, l’Union européenne pourrait produire suffisamment de batteries pour alimenter sa flotte de véhicules électriques sans avoir à recourir à des accumulateurs importés, estime le vice-président de la Commission européenne, Maros Šefčovič. Un article d’Euractiv Italie.

Dans le cadre de son plan visant à atteindre la neutralité climatique d’ici à 2050, l’UE veut favoriser la production locale d’éléments essentiels destinés aux industries vertes, tels que l’hydrogène permettant de produire de l’acier à faible teneur en carbone et les batteries qui alimentent les véhicules propres.

« Je suis persuadé que d’ici à 2025, l’UE sera en mesure de produire suffisamment de cellules de batteries pour répondre aux besoins de l’industrie automobile européenne, ainsi que pour jeter les bases de notre capacité d’exportation », a déclaré Maros Šefčovič lors de la conférence européenne en ligne sur les batteries.

Aujourd’hui, la Chine assure environ 80 % de la production mondiale de batteries lithium-ion, mais la capacité de l’Europe est appelée à se développer rapidement.

Dans une interview accordée à Euractiv le mois dernier, Maros Šefčovič annonçait qu’à l’automne, la Commission présenterait de nouvelles réglementations au niveau européen, afin de garantir que les batteries produites ou importées en Europe soient « les plus vertes de la planète ».

Ces règlements mettront les producteurs des pays tiers – ceux qui viennent de Chine par exemple – sous pression. La Commission espère donner un coup de pouce au marché européen en se plaçant à l’avant-garde dans le secteur des batteries propres.

Bruxelles veut des batteries «made in Europe»

Les batteries et le stockage de l’énergie sont de plus en plus importants pour l’électromobilité et le développement des renouvelables. L’UE s’efforce donc d’aider son industrie à faire face aux avancées de la Chine et d’entreprises américaines comme Tesla.

« Même si nous effectuons l’extraction du lithium, nous devons ensuite l’envoyer en Chine pour qu’il soit raffiné et l’empreinte carbone le rend alors moins attrayant pour les consommateurs qui voudraient par exemple acheter une voiture électrique », a ajouté Maros Šefčovič.

La création d’une chaîne d’approvisionnement plus locale pour les véhicules électriques est essentielle pour l’UE, en particulier pour les pays qui produisent de tels véhicules, comme l’Allemagne, pays qui assure actuellement la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne.

À l’heure actuelle, 15 usines de fabrication de cellules de batteries à grande échelle sont en construction en Europe, dont celles de la société suédoise Northvolt en Suède et en Allemagne, la manufacture allemande du fabricant chinois de batteries Catl et la deuxième usine de la société sud-coréenne Sk Innovation en Hongrie.

Maros Šefčovič a déclaré que d’ici à 2025, les usines européennes qui ont été prévues produiront suffisamment de cellules pour alimenter au moins 6 millions de véhicules électriques.

Alors que la pandémie de coronavirus a fait plonger les ventes totales de voitures, selon les prévisions de l’ONG Transport & Environnement, les ventes combinées de voitures à batterie lithium-ion et de voitures hybrides rechargeables devraient approximativement doubler en Europe pour atteindre un million d’unités cette année.

Les batteries des voitures électriques chargées plus rapidement

Une avancée importante dans le secteur du stockage d’énergie permettrait de recharger en quelques minutes les voitures électriques, qui auraient donc une autonomie semblable aux véhicules à essence ou diesel. Un article de notre partenaire, The Guardian.

Comme la Commission prévoit que 13 millions de véhicules à faibles émissions circuleront sur les routes européennes d’ici à 2025, des investissements supplémentaires seront nécessaires.

« Nous devons effectuer d’importants investissements pour créer une chaîne d’approvisionnement et un marché du travail européen complet qui permettront de soutenir les usines de batteries », a plaidé Jesper Wigardt, vice-président chargé de la communication chez Northvolt.

Maros Šefčovič a déclaré que le plan de relance européen de 750 milliards d’euros constituait un « outil déjà prêt » pour soutenir les projets.

Le mois prochain, Bruxelles proposera des normes relatives à l’empreinte carbone des batteries. Une alliance publique-privée dans laquelle l’UE est engagée s’attèle pour sa part à renforcer l’approvisionnement interne en matières premières nécessaires à la production d’accumulateurs. Cette initiative fait suite à un programme européen pour les projets liés aux batteries, lancé en 2017.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer