L’Ukraine craint un black-out et demande à l’UE de sécuriser son approvisionnement en électricité

Un ouvrier ukrainien soudant un poêle à bois portable à utiliser si le gaz et l'électricité venaient à être coupés pendant les combats entre les troupes russes et ukrainiennes à Zaporizhzhia, en Ukraine, le 10 mars 2022. La ville se prépare à un blocus par l'armée russe. [Stanislav Kozliuk / EPA-EFE]

La Russie bombarde actuellement des infrastructures énergétiques importantes en Ukraine, ce qui rend la connexion du pays au réseau électrique européen d’autant plus nécessaire, a indiqué le PDG de la société énergétique ukrainienne DTEK aux journalistes ce jeudi 10 mars.

L’Ukraine est actuellement déconnectée des réseaux électriques russe, biélorusse et européen parce qu’elle effectuait un essai pour rejoindre pleinement le réseau européen lorsque la Russie a envahi le pays le 24 février.

Kiev cherche maintenant à effectuer un raccordement d’urgence au réseau électrique continental européen afin d’éviter les pannes et de garantir la stabilité du système énergétique dans le pays alors que l’invasion russe se poursuit.

Le processus de raccordement du système électrique ukrainien avec celui de l’Europe est en phase finale et devrait être achevé dans les prochains jours, a déclaré le ministère ukrainien de l’Énergie mardi (8 mars).

« Nous pensons que notre arrimage aura lieu la semaine prochaine », a déclaré le ministre de l’Énergie, German Galuschenko.

Kadri Simson, la commissaire européenne à l’Énergie, a fait pression pour que l’Ukraine soit connectée au réseau électrique européen. « L’Ukraine fait partie de l’Europe et cela devrait également s’appliquer à son système énergétique », a-t-elle affirmé mardi 8 mars.

« Nous nous sommes engagés à relier leur réseau électrique au réseau continental européen dès que possible. Cela contribuera à la stabilité du système électrique ukrainien et à ce que les lumières puissent continuer à fonctionner », a-t-elle poursuivi.

Le 28 février, les ministres de l’Énergie du bloc se sont mis d’accord sur ce point. Le 1er mars, le REGRT-E, le Réseau européen des gestionnaires de réseaux de transport d’électricité, a annoncé que ses 39 membres étaient « pleinement engagés dans le processus de raccordement avec les réseaux électriques de l’Ukraine et de la Moldavie ». Depuis lors, le réseau n’a pas communiqué d’autres informations.

Selon le PDG de DTEK, Maxim Timchenko, des discussions intensives ont eu lieu avec les partenaires de l’UE pour intégrer l’Ukraine dans le système européen.

« Nous espérons tous que la décision sera finalement prise et que ce n’est qu’une question de jours pour que ce raccordement d’urgence soit convenu et que nous puissions avoir […] ce secours venant d’Europe », a-t-il confié aux journalistes lors d’un point de presse hebdomadaire.

« Nous avons fait nos devoirs et, dans la situation actuelle, je ne pense pas qu’il puisse y avoir d’excuses pour ne pas finaliser ce processus dès que possible », a-t-il ajouté.

Dans un premier temps, l’Ukraine ne bénéficierait que d’un raccordement d’urgence. Il n’y aurait pas d’échanges, mais seulement un approvisionnement en électricité au cas où les centrales électriques et les infrastructures essentielles de l’Ukraine subiraient des dommages si importants qu’ils menaceraient la stabilité du système.

Les ministres européens de l’énergie envisagent d’accélérer la connexion du réseau électrique ukrainien à celui de l’UE

Les ministres de l’Énergie de l’UE se sont réunis à Bruxelles lundi 28 février pour discuter de la sécurité énergétique en Ukraine et de l’impact de la guerre sur le marché européen de l’énergie et sur les prix de l’énergie.

La Russie cible l’approvisionnement en énergie

Pour l’instant, le système énergétique du pays est stable, mais M. Timchenko a prévenu que la Russie avait commencé à cibler les infrastructures énergétiques.

« Ils bombardent et détruisent nos infrastructures essentielles. Ce sont des attaques ciblées sur nos postes [électriques], sur nos lignes de transmission. Ils ne laissent aucune possibilité de rétablir ces lignes de transmission et l’approvisionnement en électricité », a-t-il expliqué.

Plusieurs régions sont désormais déconnectées de l’approvisionnement en énergie et les travailleurs ukrainiens ont du mal à y accéder pour réparer les dégâts.

M. Timchenko a expliqué aux journalistes que c’est notamment le cas à Marioupol, qui est actuellement assiégée par les forces russes. Un demi-million de personnes sont privées d’électricité depuis six jours et les tentatives répétées de cessez-le-feu, pour permettre aux citoyens de s’échapper et aux travailleurs de réparer les dégâts, ont échoué.

« Les gens n’ont pas accès à la nourriture, à l’eau, à l’électricité, au chauffage par de telles températures », a-t-il indiqué, ajoutant que Marioupol fait actuellement face à des températures proches de zéro degré.

« C’est ainsi qu’ils se comportent. C’est pourquoi le terme “génocide” est le meilleur pour décrire ce que ces personnes, que je ne peux même pas les appeler des “personnes”, ces envahisseurs font », a-t-il ajouté.

Appel à un soutien financier

M. Timchenko a également souligné le problème financier croissant auquel sont confrontées les entreprises énergétiques ukrainiennes.

La consommation a chuté de plus de 30 % depuis le début de la guerre et les entreprises ont vu leurs revenus diminuer de 67 %. En outre, les compagnies d’électricité doivent réparer des infrastructures régulièrement endommagées par les forces russes.

M. Timchenko a appelé les partenaires de l’Ukraine et les gouvernements à apporter une aide financière ciblée au secteur énergétique du pays pour couvrir les coûts des salaires des travailleurs, des réparations des infrastructures endommagées et des matériaux nécessaires. Cette aide devrait s’élever à environ 250 millions de dollars par mois, a-t-il déclaré.

« J’espère vraiment que cette décision sera prise rapidement afin que nous n’ayons pas un effondrement financier de notre système énergétique. Et je pense que c’est quelque chose de relativement faible en termes de paiement financier pour l’ensemble du système », a-t-il dit aux journalistes.

Subscribe to our newsletters

Subscribe