Sept leaders européens exhortent l’UE à « soutenir activement » l’énergie nucléaire

Dans une lettre à l’intention de l’exécutif européen, sept chefs d’État et de gouvernement du bloc ont ouvertement déclaré leur soutien à l’énergie nucléaire afin d’atteindre les objectifs climatiques de l’UE. EPA-EFE/IAN LANGSDON [EPA-EFE/IAN LANGSDON]

Un groupe de sept leaders européens mené par le président français Emmanuel Macron a appelé la Commission européenne à arrêter de faire obstacle à l’énergie nucléaire et à considérer la possibilité de l’inclure dans son règlement « Taxonomie verte ».

Dans une lettre à l’intention de l’exécutif européen, sept chefs d’État et de gouvernement du bloc ont ouvertement déclaré leur soutien à l’énergie nucléaire afin d’atteindre les objectifs climatiques de l’UE.

« Nous sommes convaincus que toutes les technologies neutres ou à faibles teneur en carbone qui contribuent à la neutralité carbone… devraient non seulement être reconnues par l’UE, mais également soutenues activement », ont écrit les signataires de la missive.

« C’est particulièrement le cas du nucléaire, dont le développement est l’une des priorités phares du traité instituant la Communauté européenne de l’énergie atomique (Euratom), contraignant les institutions de l’UE à le mettre en avant », peut-on lire dans la lettre datée du 19 mars.

Parmi les signataires figurent les leaders de la République tchèque (Andrej Babis), la France (Emmanuel Macron), la Hongrie (Viktor Orban), la Pologne (Mateusz Morawieck), la Roumanie (Florin Cîtu), la Slovaquie (Igor Matovic) et la Slovénie (Janez Jansa).

L’Autriche et l’Allemagne, opposées à l’énergie nucléaire, mettent en exergue les risques environnementaux posés par les déchets radioactifs.

Le nucléaire est également exclu – en principe – de la taxonomie verte de l’UE en raison du principe consistant à « ne pas causer de préjudice important », selon lequel un investissement dans une activité économique ne cause de préjudice important à aucun des objectifs sociaux ou environnementaux de l’Union européenne.

Le document avance toutefois que le recours au nucléaire est une décision qui revient à chaque État membre, « peu importe les choix politiques de leurs voisins ».

La Pologne, la République tchèque et la Bulgarie prévoient de construire de nouveaux réacteurs nucléaires dans le but de réduire leur dépendance au charbon et d’accomplir les objectifs climatiques de l’UE. De son côté, la France a lancé un programme ambitieux afin de remplacer certaines de ses centrales nucléaires vétustes par des réacteurs à eau pressurisée (REP). La Finlande et le Royaume-Uni se sont également tournés vers les REP, mais le coût des travaux est très onéreux, les retards s’accumulent et les questions de sécurité se multiplient.

Les charges financières des nouvelles constructions nucléaires sont une préoccupation croissante pour la filière. Le mois dernier, le Forum européen de l’énergie nucléaire (Foratom) a exprimé des inquiétudes sur l’exclusion possible du nucléaire dans le règlement « Taxonomie verte ».

Le nucléaire est confronté à "beaucoup d'incertitudes" à l'approche de l'évaluation environnementale de l'UE

L’industrie est de plus en plus nerveuse face aux projets de la Commission européenne visant à évaluer la sécurité de la manipulation des déchets radioactifs. En effet, un rapport d’experts est attendu le mois prochain sur la manière de classer …

« Pour nous, le plus gros problème avec la taxonomie est qu’elle permet aux entreprises éligibles d’accéder à des obligations et à des fonds qui offrent un taux d’intérêt inférieur », a expliqué Jessica Johnson, directrice de la communication chez Foratom.

« Cela signifie que le coût du financement pourrait potentiellement être inférieur s’ils ont accès à ces fonds car le montant des intérêts qu’ils devront rembourser est beaucoup moins élevé », a-t-elle déclaré aux journalistes lors d’un point de presse en ligne mercredi (9 février).

Dans leur lettre, les sept leaders soulèvent des inquiétudes sur le fait que les politiques européennes en la matière limitent actuellement la construction de nouvelles centrales nucléaires, tout en exhortant les autorités compétentes à « élaborer un cadre [réglementaire] adéquat pour les nouvelles constructions nucléaires ».

« Nous appelons la Commission européenne à s’assurer que la politique climatique et énergétique de l’UE prenne en compte toutes les voies vers la neutralité carbone conformément au principe de neutralité technologique », ont-ils rédigé.

« Dans ce contexte, toutes les technologies neutres ou à faible teneur en carbone doivent être traitées de la même manière au sein de toutes les politiques du bloc, notamment la taxonomie verte, dans le but d’atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050. »

Nuclear letter march 2021

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer