Nantes élue capitale verte par la Commission

La ville de Loire-Atlantique a été désignée capitale verte de l’Europe pour 2013. C’est la première ville française à obtenir ce titre, qui récompense les bonnes pratiques environnementales.

Après Stockholm en 2010, Hambourg en 2011, et la ville espagnole de Vitoria-Gasteiz en 2012, Nantes sera la « capitale verte » de l’Europe en 2013. Ce prix de la Commission européenne célèbre une agglomération engagée de « manière exemplaire dans un développement urbain respectueux de l’environnement ».

« C’est dans les villes que la plupart des citoyens européens peuvent voir la politique environnementale à l’œuvre. Le prix de la capitale verte met en évidence le genre d’engagements et d’innovations urbains qui permettront à ces villes, ainsi qu’à d’autres, d’assurer leur prospérité à l’avenir », a précisé le commissaire à l’Environnement Janez Poto?nik, lors de la remise du prix le jeudi 21 octobre à Stockholm.

Nantes a séduit par son action pour le climat et ses transports publics, moins pour son assainissement de l’eau.

Les transports et le climat récompensés

Nantes Métropole, qui comprend les 24 communes de la communauté urbaine, a adopté un Plan climat en 2007. L’objectif est de réduire de 30% les émissions de gaz à effet de serre du territoire en 2020, et de 50% en 2025.

Les habitants sont aussi mobilisés à travers l’Atelier climat. Depuis juin 2010 et jusqu’à juin 2011, 150 ménages de l’agglomération sont invités à explorer comment chacun, à son niveau et selon ses moyens, peut contribuer à atteindre les objectifs fixés par le Plan climat.

Nantes mène une politique de transport orientée vers les transports en commun et l’utilisation du vélo. Cette action a été largement récompensée par le jury, qui lui a mis la note maximale de 15/15. Première ville française à réintroduire des tramways électriques en 1985, la collectivité a le plus long réseau de France, avec 42 kms. Deux bateaux bus (Navibus), une ligne de « bus-tramway » (Busway), et 59 lignes de bus complètent le réseau.

Une ville dans la nature

La Commission a également valorisé la préservation de la nature par la communauté urbaine et notamment la création d’une trame verte et bleue. Située entre la Loire et la rivière l’Erdre, elle a par exemple mis en place un programme de gestion durable de l’eau. L’agglomération compte aussi plusieurs zones Natura 2000 et de conservation de la nature, et  3 366 hectares d’espaces verts.

Petit bémol, entre les deux tours de sélection, Nantes a dû s’améliorer sur le système d’assainissement de l’eau, et prouver que des efforts étaient menés pour réduire les algues présentes dans l’Erdre.

C’est la première fois que la Commission européenne décerne ce prix à une ville française.

« C’est une belle victoire pour notre métropole qui récompense 20 années d’efforts et d’engagements pour l’environnement », a souligné le maire (PS) de Nantes Jean-Marc Ayrault.

Une première française

En plus des actions dans la capitale verte en 2013, tels qu’un parcours sur la biodiversité, la métropole portera son expérience dans le reste de l’Europe et en particulier en France. « Ce prix donne une mission fondamentale à des villes exemplaires de projeter leur expérience vers des villes moins engagées », a expliqué à EURACTIV.fr le vice-président de Nantes Métropole en charge du développement durable et de l’Agenda 21, Ronan Dantec.

La présidente du Comité des régions, Mercedes Bresso, a mis en avant cette coopération lors de la cérémonie. «Les capitales vertes sont les figures de proue d’un groupe plus vaste de dirigeants et de citoyens de communautés locales soucieux d’améliorer la qualité de la vie urbaine ». Elle a souhaité que la coopération dépasse l’Europe, soulignant qu’un accord a été passé entre le Comité des régions et l’association des maires des États-Unis.

Mais cette récompense est aussi un bon moyen de faire connaitre la ville, et de participer à son développement économique. « Cela peut avoir un impact sur les gens pour s’installer dans Nantes Métropole, et y développer des activités économiques », conclut M. Dantec.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer