Les eurodéputés modernisent l’étiquetage énergétique des appareils ménagers

Le système actuel, trop compliqué, sera remplacé. [euenergyweek/Flickr]

Les eurodéputés ont approuvé l’introduction de nouvelles étiquettes classant les appareils électroménagers selon leur efficacité énergétique.

Le système d’étiquetage énergétique des appareils électro-ménagers va faire peau neuve.

L’utilisation des catégories,  A+, A++ ou A+++ sera remplacé par une échelle plus simple, de A à G, après un vote du Parlement européen le 13 juin à Strasbourg.

Les ONG impliquées dans les questions d’énergie se sont réjouies de ce nouveau système d’étiquettes informant les consommateurs de l’efficacité énergétique des appareils ménagers. Les ONG regrettent cependant l’absence de date précise pour l’adoption de ce système.

« Les consommateurs bénéficieront grandement de la décision [du 13 juin]. D’ici le début de 2020, il devrait être plus facile de choisir le frigo ou la télévision la plus efficace en termes d’énergie, et d’ainsi économiser de l’argent », explique Sylvia Maurer, directrice des politiques au Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC).

L’UE en passe de gagner le pari de l’efficacité énergétique

L’Union européenne ne cesse de consommer mieux l’énergie. Mais pas toujours pour de bonnes raisons, précise un rapport du centre commun de recherche. Un article de notre partenaire le JDLE.

« Les consommateurs devront cependant attendre jusqu’à 2030 pour voir les nouvelles étiquettes sur les chauffages et chauffe-eaux. Ce délai est inacceptable, parce que quand les consommateurs achètent un nouveau système de chauffage, ils doivent savoir combien d’énergie celui-ci consomme. De plus, la cohabitation de deux systèmes d’étiquetage pendant une dizaine d’années pourrait prêter à confusion », ajoute-t-elle.

Transition lente

Laura Degallaix, directrice du groupe de protection de l’environnement ECOS, partage ces inquiétudes. «  Cette décision […] est attendue depuis longtemps, mais si l’Europe veut réellement réduire sa consommation d’énergie, la Commission devra s’efforcer rendre la transition la plus rapide et facile possible », estime-t-elle.

C’est exactement pour cette raison que les eurodéputés de l’alliance des partis d’extrême gauche se sont abstenus lors du vote parlementaire. Ils appellent à un changement « aujourd’hui, pas dans dix ans ».

Selon une porte-parole de la Commission, le système de A à G devra être introduit d’ici 2020 pour les télévisions, lampes, lave-linges, frigos et lave-vaisselles. Pour les climatiseurs, sèche-linges, aspirateurs, fours, hottes et systèmes de ventilation domestiques, la transition « aura sans doute lieu entre 2021 et 2025 », précise-t-elle. Et enfin, la date butoir pour les systèmes de chauffages devrait être fixée vers 2030.

La Commission maintiendra une base de données en ligne à laquelle les consommateurs auront accès via les codes QR des produits. Ils pourront donc comparer les appareils qui les intéressent. Selon l’eurodéputé Michal Boni (S&D), « 80 % des consommateurs tiennent compte des étiquettes énergétiques lors de l’achat d’un appareil ».

Consommation annuelle des trois pays baltes.

Miguel Arias Cañete, commissaire au climat et à l’énergie, a indiqué au Parlement que ces nouvelles obligations en termes d’étiquetage porteront à la fois sur les importations et les produits fabriqués dans l’UE. La Commission a calculé que ce nouveau système pourrait permettre d’économiser 20 térawatts/heure (soit 200 milliards de kWh) d’énergie chaque année. Une économie non-négligeable, puisqu’elle  correspond à la consommation annuelle des trois pays baltes.

D’ici 2020, la combinaison du système d’étiquetage et d’une modification dans la conception des produits devrait permettre d’économiser quelque 165 millions de tonnes d’équivalent pétrole d’ici 2020, soit l’équivalent de la consommation d’énergie primaire annuelle de l’Italie, souligne l’exécutif. En moyenne, cela allègera de 490 euros les factures des ménages et permettra une hausse de 55 milliards d’euros des revenus des entreprises européennes.

« Je suis de plus en plus persuadé que les consommateurs veulent réduire leurs émissions de carbone et qu’ils n’ont besoin que d’un peu d’aide », estime Seán Kelly, eurodéputé PPE. « Il est absolument essentiel de simplifier l’étiquetage. Personne ne comprend le système de A à A+++. »

Bruxelles relance une offensive sur l’efficacité énergétique

La Commission européenne va proposer de revoir à la hausse les objectifs d’efficacité énergétique, mais va devoir composer avec des désaccords prévisibles de la part de certains États membres et du Parlement.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.