Pas de nouvelle interconnexion entre la France et le Royaume-Uni

Y-aura-t-il trop de câbles de transport sous-marin d'électricité entre la France et le Royaume-Uni. [RTE]

La capacité de transport des câbles électriques passant sous la Manche atteint déjà 2 000 MW. Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Coup dur pour les fournisseurs d’électricité britanniques. La Commission française de régulation de l’énergie (CRE) vient de donner un avis défavorable à de nouveaux projets d’interconnexion électrique entre le Royaume-Uni et l’Hexagone.

Dans une délibération mise en ligne le 17 juillet, le régulateur des marchés français de l’énergie et des quotas de GES rappelle que la puissance des lignes de transports reliant les deux rives du Channel atteint déjà 2 000 MW. Cette capacité sera accrue, entre 2021 et 2022, par deux nouveaux câbles, en cours de construction : ElecLink (1 000 MW, via le tunnel sous la Manche) et IFA2 (1 000 MW entre Chilling et Bellengreville).

Quid du Brexit

Les incertitudes liées au Brexit n’ont pas découragé les investisseurs. Trois autres projets sont dans les cartons : Aquind (1 000 MW), FAB (1 400 MW) et GridLink (1 400 MW).

Désaccord sur l’échange d’électricité entre États membres

Les législateurs nordiques voudraient instaurer un marché de l’électricité plus intégré, avec un système de distribution connecté, en accord avec la croissance des énergies renouvelables. Berlin n’est pas d’accord.

Impact économique négatif

Après avoir mené plusieurs types de modélisation, la CRE estime que le jeu n’en vaut pas la chandelle. « Les bénéfices apportés par la construction de nouvelles interconnexions, au-delà des 4 000 MW qui devaient être en service d’ici 2021/2022 sur cette frontière, ne seraient pas suffisants pour couvrir les coûts de ces projets, quels que soient, par ailleurs, le scénario considéré. Ces projets auraient donc un impact économique négatif pour la collectivité, et ce, par ailleurs, sans prise en compte du Brexit », indique la CRE.

Sans attendre, le gendarme de l’énergie préconise de retarder de quelques années la décision d’investir. Une fois que le Royaume-Uni sera vraiment sorti de l’Union européenne.

Jeremy Corbyn enfin favorable à un nouveau référendum sur le Brexit

Les travaillistes, le plus grand parti d’opposition du Royaume-Uni, soutient finalement un second référendum sur le Brexit, mettant ainsi fin à plusieurs années d’incertitude et de tergiversations.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.