Pologne et Allemagne toucheront l’essentiel du Fonds de transition juste

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki et la chancelière allemande Angela Merkel. [Photo : Conseil européen]

Varsovie et Berlin devraient être les principaux bénéficiaires du Fonds de transition juste. Sur une enveloppe totale de 7,5 milliards d’euros, la Commission européenne propose d’allouer 2 milliards à la Pologne et 877 millions à l’Allemagne.

Recourir au charbon pour sa production énergétique est un pari problématique à l’heure de la transition énergétique. Pour aider la Pologne à s’en sortir, la Fonds de transition juste devrait lui allouer 2 milliards sur sept ans, sous réserve des négociations sur le budget global de l’UE, qui pourraient encore modifier ce critère et le montant proposé.

Selon les plans de l’exécutif européens dévoilés le 16 janvier, le nouveau fonds fait partie d’un « mécanisme » de 100 milliards d’euros destiné à aider les pays dépendant des combustibles fossiles à se débarrasser du charbon, du gaz et du pétrole, afin que l’UE puisse respecter ses engagements en matière de préservation du climat.

Bruxelles lance son plan pour un financement à plusieurs milliards de la transition énergétique

Pour financer une transition énergétique «juste» qui va coûter des milliards, la Commission von der Leyen dévoile mardi à Strasbourg un plan d’investissement qui s’appuie sur un nouveau fonds pour soutenir les régions les plus dépendantes au charbon.

Avec son «Pacte …

Les demandes de financement liées au fonds commun seront évaluées en fonction de l’intensité carbone des régions candidates, du nombre de pertes d’emploi potentielles et du niveau de revenu national.

Selon un document consulté par Euractiv, les régions charbonnières d’Allemagne sont susceptibles de se voir allouer la deuxième enveloppe la plus importante, lors de la distribution. La Roumanie (757 millions d’euros) et la République tchèque (581 millions d’euros) comptent également parmi  les grands gagnants du processus.

Mais les États membres ne percevront pas automatiquement ces sommes, car l’argent sera attribué sur la base de plans de transition régionaux, qui devront préciser exactement la manière dont les fonds seront dépensés.

La deuxième place de l’Allemagne sur le podium peut surprendre, étant donné que le pays a réalisé un excédent budgétaire de plus de 13 milliards d’euros en 2019. Les porte-parole de la Commission refusent cependant de s’exprimer sur les montants alloués avant que les chiffres ne soient rendus publics.

Pour Sebastian Mang, conseiller en politique climatique pour Greenpeace EU, « l’Allemagne et la Pologne n’en font tout simplement pas assez. Le gouvernement allemand perd du temps à négocier une date pour l’abandon progressif du charbon, qui sera de toute façon trop tardive pour constituer une réponse crédible à l’urgence climatique de la part de la plus grande économie européenne ».

« Le gouvernement polonais est encore plus en retard », fustige-t-il, « et refuse toujours de souscrire à l’objectif de neutralité climatique de l’UE ».

Le vice-ministre polonais de l’Environnement, Michał Kurtyka, a cependant réagi avec satisfaction à la nouvelle concernant la manne attribuée à  son pays. Il a souligné dans un tweet qu’il s’agissait d’une « confirmation positive des conclusions du Conseil européen du 12 décembre », au cours duquel son pays a annoncé qu’il n’adhèrerait pas à l’objectif climatique de l’UE pour 2050.

Un retour de bâton est cependant toujours possible, car après le sommet, le président français Emmanuel Macron s’était fendu d’une mise en garde : les pays qui n’ont pas signé le pacte climatique ne toucheront pas d’aide financière.

Pas de fonds européens pour la Pologne sans objectif de neutralité carbone

La Pologne ne pourra pas prétendre aux fonds mis à disposition dans le cadre du « Green deal » européen si elle ne s’engage pas sur la voie de la neutralité carbone, a averti le chef de l’État français.

Les fonctionnaires du Conseil, ainsi que le Parlement européen, sont actuellement en train d’examiner la proposition de la Commission et pourraient imposer de nouveaux critères d’attribution,  qui pourraient s’inspirer des propos tenus par Emmanuel Macron en décembre.

Les groupes de défense de l’environnement, ainsi que les eurodéputés verts, ont déjà demandé l’insertion d’une « clause 2050 » dans un projet de règlement.

« Il ne s’agit pas d’une « transition » s’il n’y a pas de date limite pour devenir climatiquement neutre. Les députés européens et les pays de l’UE doivent améliorer la proposition afin que les régions montrent quand et comment elles seront débarrassées du gaz, du pétrole et du charbon», plaide Kate Treadwell de WWF Europe.

Manque de critères

Lors d’un débat en plénière, l’eurodéputé suédois, Pär Holmgren, a pointé du doigt le manque de critères concernant le niveau d’engagement des pays dans les politiques climatiques. Selon des sources du Parlement, les eurodéputés exigeront probablement que cela soit rectifié lors des prochaines négociations.

Au cours de ce débat, Frans Timmermans, le pilote du « Green Deal » européen et du portefeuille climat, a qualifié le Fonds de transition juste de « message aux mineurs de fonds et à ceux qui extraient la tourbe et le schiste bitumineux ». L’Irlande et l’Estonie, les pays où ces deux dernières industries sont les plus développées, devraient bénéficier respectivement de 30 millions d’euros et de 125 millions d’euros.

Les régions charbonnières de l’UE attendent des aides à la reconversion

Alors que le comité européen des régions plaide pour un financement adéquat de la reconversion des bassins miniers de l’UE, les régions productrices de charbon en Espagne s’inquiètent de savoir si elles pourront en bénéficier. Un article d’Euroefe.

Parmi les 27 États membres, le Luxembourg devrait être réduit à la portion congrue et se voir attribuer la plus petite enveloppe, de 4 millions d’euros.

Le Royaume-Uni, qui quitte l’Union le 31 janvier, n’est pas inclus dans la distribution. Les experts budgétaires soulignent cependant que l’ouest du Pays de Galles, qui est l’une des régions les plus pauvres d’Europe du Nord et dont l’intensité carbone compte parmi les plus élevées, aurait pu bénéficier d’un financement important.

L’ensemble du plan pourrait encore être détricoté par les États membres lors des discussions sur le budget, car la Commission insiste sur le fait que le pot de 7,5 milliards d’euros devra être rempli d’« argent frais ».

Le ministère des Finances allemand a déjà balayé l’idée d’augmenter sa contribution. Il a affirmé le 14 janvier que la somme actuelle était suffisante pour atteindre les objectifs climatiques. Les Pays-Bas avaient quant à eux fait savoir avant Noël qu’ils ne reverraient pas leur participation à la hausse.

Les pays d’Europe centrale et orientale ont affirmé qu’ils devraient être les seuls à bénéficier du Fonds de transition juste, étant donné le montant relativement faible de la cagnotte. Il est cependant peu probable que la décision de la Commission de l’ouvrir à l’ensemble des 27 États membres soit modifiée à ce stade.

L’Italie et l’Espagne, deux des principaux partisans d’une distribution à l’ensemble des pays de l’Union, pourraient obtenir respectivement 364 millions d’euros et 307 millions d’euros si les demandes sont acceptées. La France, fortement nucléarisée, pourrait quant à elle se voir allouer plus de 400 millions d’euros, bien que les critères du fonds excluent tout soutien à la sortie de l’atome.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER