Le rapporteur de la directive efficacité énergétique sous pression

Adam Gierek [European Parliament]

La révision de la directive sur l’efficacité énergétique est menacée par des querelles politiques entre l’eurodéputé polonais chargé de la loi au Parlement et la majorité de son propre groupe politique.

Si la mise à jour de la directive sur l’efficacité énergétique des bâtiments est passée comme une lettre à la poste, c’est loin d’être le cas de son pendant, la directive sur l’efficacité énergétique  (DEE). Adam Gierek, le rapporteur polonais de la proposition de loi, a été accusé de négocier certains aspects clés de la directive de manière contraire à la ligne de son groupe politique, les Socialistes et démocrates (S&D).

Son positionnement sur la DEE est en effet bien plus proche de celui du Parti populaire européen (PPE) et du groupe des Conservateurs et réformistes (CRE), selon les informations obtenues par Euractiv.

La première proposition de rapport d’Adam Gierek sur le projet de la Commission faisait la part (trop) belle à la consommation d’énergie primaire et tirait un trait sur l’objectif de 40 % d’économies d’énergie d’ici 2030, l’objectif du S&D et la mesure principale de la directive, ont dénoncé ses détracteurs. L’eurodéputé avait en effet abaissé l’objectif à 28 %, avant de le remonter à 35 % sous la pression de son groupe politique.

Le Parlement européen a soutenu à deux reprises l’objectif de 40 %, qui a à nouveau été confirmé par la commission ENVI en septembre. L’insistance de l’eurodéputé polonais à abaisser ce chiffre  l’oppose donc à la majorité de ses pairs.

Les eurodéputés soutiennent un objectif de 40 % d’efficacité énergétique

Les eurodéputés se sont accordés le 7 septembre pour rehausser l’objectif proposé par l’UE pour l’efficacité énergétique post-2020 afin d’accroître les chances du bloc de remplir ses obligations dans le cadre de l’accord de Paris.

Luttes politiques intestines

Ses relations avec les rapporteurs « fictifs » des autres groupes politiques du Parlement européen ont aussi été difficiles. Des sources proches du dossier assurent qu’Adam Gierek n’accepte plus de rencontre bilatérale avec ses collègues et qu’il a confondu deux des rapporteurs fictifs avec des assistants lors d’une réunion.

L’eurodéputé s’est finalement rendu à l’objectif de 40 % d’économies d’énergie, sans doute suite aux pressions exercées par les autres membres du S&D. Benedek Jávor, rapporteur fictif pour le groupe des Verts, avertit cependant que cette marche arrière est trompeuse, puisqu’il a proposé une modification de la consommation finale qui réduirait en réalité à 30 ou 31 % cet objectif.

L’eurodéputé hongrois explique que la proposition actuelle d’Adam Gierek ne permettrait pas à l’UE d’atteindre ses objectifs énergétiques pour 2030 et qualifie son compromis « inacceptable » d’« escroquerie ».

À l’heure actuelle, l’accord de principe entre les groupes S&D, Verts/ALE et GUE/NGL devrait suffire à faire passer un rapport soutenant l’objectif de 40 %, comme ça a été récemment le cas à la commission ENVI.

Benedek Jávor estime cependant qu’Adam Gierek tente de diviser son groupe politique pour donner une majorité au PPE et au CRE, qui sont en faveur d’une directive énergétique bien moins ambitieuse. Le Polonais serait déjà parvenu à s’attacher le soutien de certains élus est-européens et l’objectif parait donc en danger.

Markus Pieper, rapporteur fictif pour le PPE, serait en train de tenter de convaincre son groupe de soutenir la proposition d’Adam Gierek, mais a refusé de faire un commentaire à ce sujet.

Le vote de la commission de l’industrie est prévu pour le 28 novembre. Certaines voix appellent à un changement de rapporteur, et étant donné les révélations récentes, le S&D pourrait se pencher sur cette option. Les eurodéputés socialistes et démocrates ont prévu de se rencontrer le 17 octobre pour une réunion habituelle horizontale. Le sujet devrait être abordé.

Les États membres reviennent sur l'objectif d’efficacité énergétique

Les 28 ministres de l’Énergie se sont accordés sur la révision de deux directives clé de l’efficacité énergétique. La Commission européenne déplore une « réduction significative » de l’ambition initiale.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.