Le Portugal dépasse les 100% d’énergie renouvelable

Les barrages portugais ont fourni 55% de l'électricité du pays en mars. [Shutterstock]

En mars, le Portugal a produit plus d’énergie renouvelable qu’il n’en a utilisée. Mais le surplus d’énergie n’est pas utilisé, faute d’interconnexion entre le pays et le reste de l’Europe.

L’augmentation des capacités renouvelables est l’un des points clés de l’Union de l’énergie. Au mois de mars, le Portugal s’est plusieurs fois servi de la production propre, principalement éolienne et hydraulique, pour répondre à la totalité de ses besoins électriques.

Selon le gestionnaire du système de transmission, REN, la production d’électricité renouvelable a atteint 4 812 GWh en mars, soit plus que leurs besoins, qui se sont élevés à 4 647 GWh. Au total, cela équivaut à une production de renouvelable de 103,6 %, plus que le record précédent, 99,2 %, en février 2014.

Un nouveau record d’autant plus frappant qu’en mars 2017, les renouvelables n’avaient fourni que 62 % de l’électricité portugaise.

Claude Turmes, eurodéputé luxembourgeois Vert, s’est félicité de ces progrès « impressionnants », qui prouvent selon lui que l’UE devrait hausser son objectif en termes de renouvelables, actuellement fixé à 27 % d’ici 2030.

Des négociations à ce sujet sont en cours entre le Parlement, la Commission et les États membres. Les eurodéputés voudraient que l’objectif soit revu à la hausse pour atteindre 35 %, alors que l’exécutif et le Conseil rechignent à s’avancer au-delà de 27 %, malgré la baisse des prix de l’énergie propre.

La Commission pourrait cependant encourager le Conseil à trouver un compromis. Elle a en effet indiqué récemment qu’un objectif à 30 % serait tout à fait atteignable.

Selon l’association portugaise pour l’énergie renouvelable (APREN) et l’ONG ZERO, la production énergétique du mois de mars se traduirait par un « manque à émettre » de 1,8 million de tonnes de CO2 et une économie de 20 millions d’euros de quotas d’émissions.

Les énergies fossiles et les importations ont encore dû assurer la stabilité des réseaux pendant certaines heures, mais ces périodes ont été équilibrées par un surplus de production verte à d’autres moments.

En ce qui concerne le prix de l’électricité, c’est aussi une bonne nouvelle, puisqu’il devrait avoir chuté de 43,94 euros par MWh en mars 2017 à 39,75 euros par MWh cette année.

Isolement énergétique

Les efforts de décarbonation portugais sont toujours plus couronnés de succès, mais la place du pays, aux confins de l’Europe et avec l’Espagne comme seul voisin, pourrait freiner le développement de son énergie propre.

Les interconnecteurs, et en particulier les câbles électriques, sont un élément essentiel de l’Union de l’énergie pour assurer un vrai marché unique de l’électricité. Ils permettent en effet de faire circuler les surplus produits d’un État à l’autre en fonction de la demande.

Une fonction particulièrement importante pour le renforcement des capacités renouvelables, par définition instables et dont les possibilités de stockage sont encore insuffisantes.

Premiers parcs éoliens sans subventions aux Pays-Bas

Les Pays-Bas ont octroyé à Vattenfall deux contrats pour les premiers parcs éoliens au monde à être entièrement construits sans fonds publics.

Le 11 mars, par exemple, le Portugal a généré 143 % de son électricité à partir des renouvelables. Pourtant, par manque de réseau connecté étendu ou d’une possibilité importante de stockage (par exemple grâce à des batteries nouvelle génération), cette énergie n’est pas entièrement utilisée.

Un problème dont Lisbonne est consciente. En décembre, le Premier ministre, Antonio Costa, a annoncé qu’il organiserait un mini-sommet avec son homologue espagnol, Mariano Rajoy, pour discuter interconnexion. Le président français et le président de la Commission européenne, Emmanuel Macron et Jean-Claude Juncker, pourraient aussi être présents.

Cette rencontre était initialement prévue pour février, et aucune date n’a encore été fixée, selon un porte-parole de la Commission.

Les États membres sont censés atteindre un objectif de 10 % d’interconnexion d’ici 2020. Un dixième de la production d’électricité devrait alors pouvoir être exporté. L’Espagne et le Portugal font néanmoins partie de la douzaine de pays à la traîne.

Miguel Arias Cañete, le commissaire au climat, ne devrait pas voir d’un bon œil le report du mini-sommet. En décembre, il a déclaré qu’il n’y avait aucune raison que la péninsule ibérique reste aussi isolée du reste du réseau européen. Tant que ce problème n’est pas réglé, les bons résultats portugais sur les renouvelables seront limités.

Les États membres se braquent contre l’objectif d’interconnexion des réseaux électriques

Exclusif. L’objectif phare de relier 15 % des réseaux électriques d’ici à 2030 pourrait être mis au placard, un certain nombre d’États s’opposant à une approche coercitive en matière d’énergie.

Subscribe to our newsletters

Subscribe