Le Portugal devrait être sorti du charbon d’ici à la fin de l’année

La centrale au charbon de Sines au Portugal a été mise hors service hier soir (14 janvier) à minuit, laissant le Portugal avec une seule centrale au charbon en service, dont la fermeture est prévue pour novembre. [EDP]

La centrale au charbon de Sines au Portugal a été mise hors service hier soir (14 janvier) à minuit, laissant le Portugal avec une seule centrale au charbon en activité, dont la fermeture est prévue pour novembre.

La compagnie d’électricité portugaise EDP a annoncé sa décision de fermer la centrale à charbon de 1296 MW de Sines en juillet de l’année dernière, faisant avancer la fermeture de deux ans – de 2023 à 2021. Les plans initiaux d’EDP étaient de fermer Sines en 2030.

La décision « fait partie de la stratégie zéro carbone du groupe EDP » et a été prise dans un contexte où la production d’énergie dépend de plus en plus de sources renouvelables, a déclaré la société en juillet.

La décision d’EDP d’accélérer l’élimination du charbon était « une conséquence naturelle de ce processus de transition énergétique », « conformément aux objectifs européens de neutralité carbone » et au plan national énergie et climat du pays, qui met l’accent sur les énergies renouvelables, a fait savoir EDP dans un communiqué.

Le Portugal ne compte plus qu’une seule centrale au charbon en activité, Pego, dont la fermeture est déjà prévue en novembre de cette année, ont indiqué les militants.

À la suite de cette dernière fermeture, le Portugal deviendra le quatrième pays d’Europe à éliminer complètement le charbon dans la production d’électricité, sur les traces de la Belgique (2016) et de l’Autriche ainsi que la Suède (2020), selon Europe Beyond Coal, une ONG environnementale.

Le gouvernement allemand approuve la loi sur l’abandon progressif du charbon

Mercredi 24 juin, le gouvernement allemand a mis la touche finale à sa loi sur la suppression progressive du charbon, dans l’espoir qu’elle soit adoptée par le Bundesrat avant la pause estivale. Un article d’Euractiv Allemagne.

Les militants ont applaudi cette décision, soulignant que Sines représentait jusqu’alors, en moyenne, 12% des émissions totales de gaz à effet de serre du Portugal.

« En quatre ans, le Portugal est passé d’une stratégie approximative de sortie du charbon d’ici à 2030, à des plans concrets pour se débarrasser du charbon d’ici à la fin de l’année. La mise hors ligne de Sines encore plus tôt que prévu souligne le fait qu’une fois qu’un pays s’engage en faveur d’une énergie propre, l’économie des énergies renouvelables assure la transition très rapidement », a soutenu Kathrin Gutmann, directrice de campagne à Europe Beyond Coal.

« Des pays comme l’Allemagne, la République tchèque et la Pologne qui se sont engagés ou envisagent d’éliminer le charbon bien après la fin de 2030 devraient en prendre note ».

En plus du Portugal, cinq autre pays du bloc devraient sortir du charbon d’ici à 2025 : France (2022), Slovaquie (2023), Royaume-Uni (2024), Irlande (2025) et Italie (2025), selon Europe Beyond Coal.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer