Poutine envisage d’investir dans un gazoduc en Europe centrale

Le président russe envisage, avec la Serbie, d’étendre le gazoduc TurkStream à l’Europe centrale à travers le territoire serbe. Avec un investissement de 1,4 milliard de dollars à la clé. Un article d’Euroefe.

Le président russe envisage de prolonger le gazoduc TurkStream à l’Europe.

« Nous travaillons là-dessus avec la Serbie », a affirmé Vladimir Poutine, qui a expliqué qu’il parlerait aussi de ce dossier avec le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, cette semaine à Moscou.

À la veille de sa visite dans le pays des Balkans, le président russe avait souligné qu’il espérait que la Commission européenne ne se mettrait pas en travers de son chemin pour amener le gazoduc en Europe.

« Nous respectons le fait que les États membres de l’UE qui sont intéressés par le gaz russe doivent obtenir des garanties sur le fait que les plans liés à la prolongation du TurkStream ne seront pas empêchés par une décision politique arbitraire de Bruxelles », a-t-il déclaré dans une interview aux journaux serbes Politika et Novosti.

L'Europe plus que jamais tributaire du gaz russe

L’Europe n’a jamais consommé autant de gaz russe, malgré la volonté affichée depuis des années par Bruxelles de réduire sa dépendance à cette source d’approvisionnement, et la tendance ne semble pas près de s’inverser.

 

TurkStream, dont la construction a commencé en 2017, est un projet né après que l’entreprise russe Gazprom a décidé d’abandonner, à cause des exigences de Bruxelles, ses projets de prolongation du gazoduc South Stream.

La prolongation du tronçon sous-marin s’est terminée en novembre dernier et le gazoduc, d’une longueur totale de 930 kilomètres, devrait être opérationnel avant la fin de l’année. Pendant ce temps, différentes variantes d’une prolongation terrestre en Europe sont à l’étude.

Une des routes envisageables traverserait la Bulgarie, la Serbie et la Hongrie, avant de se connecter à un centre de distribution en Autriche. Le résultat des discussions « dépendra fortement de si les pays de l’UE sont capables de défendre leurs intérêts nationaux dans le dialogue avec les structures européennes », a insisté Vladimir Poutine.

Subscribe to our newsletters

Subscribe