Renouvelables: la Commission valide les soutiens français

Centrale photovoltaïque sur une ancienne décharge réunionnaise. [VLDT/JDLE]

Après l’avoir fait pour le petit éolien terrestre, le petit photovoltaïque, l’hydroélectricité et la production de biogaz, Bruxelles valide les soutiens français au grand éolien et aux centrales photovoltaïques de moyenne puissance intégrées aux bâtiments et aux centrales solaires au sol. Un article de notre partenaire, le Journal de l’Environnement.

Dans un communiqué publié ce vendredi 29 septembre, la Commission européenne annonce autoriser quatre régimes d’aides à la production d’électricité à partir d’installations d’éoliennes terrestres et d’installations solaires sur les bâtiments et au sol en France.

Les régimes autorisés sont les suivants:

  • le complément de rémunération pour les exploitants de parcs éoliens terrestres de plus de 6 turbines, ou possédant au moins une turbine de plus de 3 mégawatts (MW);
  • le tarif de rachat pour les installations photovoltaïques sur les bâtiments dont la puissance oscille entre 100 et 500 kilowatts (kW) et la prime de rachat (pour les installations entre 500 kW et 8 MW) pendant 20 ans;
  • la prime de rachat pendant 20 ans pour les grandes installations photovoltaïques au sol;
  • le régime d’aides d’une capacité supplémentaire de 200 MW pour les installations éoliennes terrestres et solaires n’excédant pas 18 MW.

Chaque régime prévoit l’octroi d’une prime aux projets locaux ou à la participation locale aux projets.

Le régime en faveur de l’énergie éolienne terrestre est doté d’un budget provisoire de 188 millions d’euros par an (soit un total de 3,8 Md€ sur 20 ans) et les deux régimes en faveur de l’énergie solaire, d’un budget provisoire de 232 M€/an (soit un total de 4,6 Md€ sur 20 ans).

Le dernier régime soutiendra tant les installations éoliennes terrestres que les installations solaires, grâce à un budget provisoire de 6 M€/an (ou, au total, 124 M€ sur 20 ans).

Les bénéficiaires des aides seront sélectionnés au moyen d’appels d’offres qui seront organisés entre 2017 et 2020, rappelle la Commission.