Les Britanniques en désaccord avec May sur la sortie d’Euratom

shutterstock_182121584 [Shutterstock]

Une majorité de Britanniques s’oppose au projet du gouvernement de sortir du traité nucléaire Euratom après le Brexit.

Le traité Euratom gouverne de la sureté nucléaire à la libre circulation des experts du nucléaire en passant par le traitement des déchets et la réglementation en matière de carburant. Lancé dans le processus de sortie de l’Union européenne, le gouvernement britannique a aussi décidé de sortir de cet accord vieux de 60 ans.

Pourtant, un nouveau sondage mené par YouGov révèle que 56 % des Britanniques veulent rester dans le traité, et seuls 10 % s’accordent avec le gouvernement pour dire que le Royaume-Uni doit sortir d’Euratom dans le cadre du Brexit.

Bien que distinct des autres traités européens, Euratom est gouverné par les mêmes institutions. Le cabinet de Theresa May a donc décidé de s’en éloigner à cause de son « lien exclusif » avec le traité de l’UE.

En Allemagne, un incident sanctionne le mix renouvelables-nucléaire

Une centrale nucléaire allemande a été endommagée par les fluctuations de production qui lui ont été imposées pour complémenter les sources renouvelables. L’indicent semble confirmer la théorie selon laquelle renouvelables et nucléaire sont incompatibles. Un article de notre partenaire, Der Tagesspiegel.

Cette décision vient aussi du fait que les parties signataires du traité relèvent du mandat de la Cour de justice de l’UE alors que le gouvernement britannique veut rompre tout lien avec le tribunal luxembourgeois.

Pourtant, la CJUE intervient rarement dans les questions liées à l’Euratom et les pays tiers comme le Japon, l’Australie et l’Afrique du Sud n’ont jamais eu de problème avec l’intervention de la Cour lorsque celle-ci était nécessaire.

En juin, les responsables britanniques ont reconnu face au Times que cela prendrait sept ans pour remplacer la série d’accords actuellement en place et qu’un accord d’association, semblable à celui de la Suisse avec l’UE, n’était pas sérieusement envisagé.

Le même mois, le parti travailliste d’opposition a appelé le gouvernement à abandonner ses lignes rouges vis-à-vis de la CJUE et à s’engager à rester dans le traité Euratom après mars 2019. « Il est de plus en plus évident que le gouvernement agit de manière imprudente en voulant quitter Euratom », commentait alors Keir Starmer, responsable du Brexit pour le parti.

Tom Greatrex, directeur de l’Association de l’industrie nucléaire (NIA), exhorte le gouvernement britannique à « explorer les avantages de l’adhésion à Euratom lors des négociations avec la Commission européenne », et fait référence aux résultats du sondage pour prouver que le traité est important aux yeux du peuple britanniques.

Réalisé en août et commandité par la NIA, le sondage montre aussi que deux répondants sur cinq ayant voté pour le Brexit en juin 2016 veulent rester membre d’Euratom.

La renaissance du nucléaire bute face aux renouvelables

402 réacteurs nucléaires fonctionnent actuellement dans le monde, mais leur progression ralentit en raison de la concurrence des renouvelables. Le soutien de l’Europe à l’atome lui assure néanmoins de belles perspectives. Un article d’EURACTIV Allemagne.

Les groupes de l’industrie préfèrent également rester dans le traité, mais il semble que le gouvernement soit décidé à s’engager dans un accord en tant que tierce partie. Cela signifie qu’un certain accord de transition devra être négocié durant les négociations en cours sur le Brexit. L’industrie du nucléaire craint que cela ne vienne perturber la construction, l’exploitation et le déclassement des centrales nucléaires.

Les centrales nucléaires génèrent environ 21 % de l’électricité britannique, mais environ la moitié de cette capacité de production sera supprimée d’ici à 2025. La construction d’un nouveau réacteur à la centrale de Hinkley Point, au sud-ouest de l’Angleterre, suscite la controverse puisque le projet dépasse le délai et le budget fixés.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.