Un accord sur l’embargo sur le pétrole russe est possible « dans la semaine » selon Clément Beaune

Le ministre français des Affaires européennes, Clément Beaune, s’adressant à la presse avant un Conseil Affaires générales au Conseil européen à Bruxelles, en Belgique, le 22 mars 2022. [EPA-EFE/STEPHANIE LECOCQ]

Le secrétaire d’État aux affaires européennes Clément Beaune a indiqué qu’un accord entre les 27 sur le projet d’embargo sur le pétrole russe pourrait être « trouvé dans la semaine ».

Alors que la Hongrie bloque actuellement le projet d’embargo de l’Union européenne sur le pétrole russe, le secrétaire d’État aux affaires européennes Clément Beaune s’est dit confiant sur le fait qu’un accord serait trouvé. « C’est une question de jours », a-t-il déclaré sur LCI mardi (10 mai).

Pour convaincre les pays les plus dépendants de la Russie et préserver « l’unité et la solidarité » du bloc, Clément Beaune a plaidé pour que des solutions leur soient proposées : d’abord quant aux délais de mise en œuvre, « pour certains pays objectivement en difficulté », et ensuite sur le plan « des garanties d’approvisionnement alternatives ».

M. Beaune a également insisté sur la nécessité d’« aller vite : il y aura un sixième paquet de sanctions européennes, elles seront très puissantes et nous sortirons progressivement, avec un calendrier, d’abord du pétrole russe, mais des hydrocarbures russes en général ».

Dans la matinée de mardi, le président français Emmanuel Macron s’est entretenu avec le Premier ministre hongrois Viktor Orban. L’Élysée a indiqué qu’il s’agissait d’identifier « les garanties nécessaires pour l’approvisionnement pétrolier » des différents États membres, notamment ceux « qui se trouvent dans une situation très spécifique au regard de l’approvisionnement par oléoduc de Russie ».

Dans la lignée des déclarations de M. Beaune, le palais présidentiel a insisté sur le fait que « l’objectif [est] d’aboutir le plus rapidement possible à un accord complet sur ce sixième paquet » de sanctions.

Ces déclarations font suite à la rencontre entre la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et M. Orban, après quoi Mme von der Leyen a fait état de « progrès » quant à la position hongroise.

Subscribe to our newsletters

Subscribe