Un chef d’entreprise thermosolaire prédit une troisième année de récession

a solar thermal.jpg

L’industrie thermosolaire européenne se prépare à une autre mauvaise année économique, alors que la récession dans les secteurs du bâtiment et de l’énergie solaire ne cesse de frapper la construction de logements efficaces sur le plan énergétique.

« Nous connaîtrons probablement notre troisième année consécutive de déclin ou de stagnation, car tous nos marchés principaux sont en difficulté », a déclaré Xavier Noyon, le secrétaire général de l'European Solar Thermal Industry Federation (ESTIF).

L'Allemagne, l'Autriche, l'Espagne, la France et l'Italie font partie de ces marchés. Malgré ce « contexte très sombre » décrit par M. Noyon, les signaux provenant de la Grèce étaient étonnamment positifs.

« Même en temps de crise profonde, la capacité a été maintenue et l’on note de très grandes quantités de ventes des systèmes thermosolaires », a-t-il expliqué à EURACTIV.

Le marché européen du photovoltaïque solaire a également été frappé par des réductions des dépenses, alors que sa part de marché mondial est tombée d’environ 75 % en 2011 à 55 % en 2012.

« Il s'agit d'une tendance positive, car la technologie du photovoltaïque se propage dans le monde et ne se concentre plus sur une région », a déclaré Frauke Thies, la directrice des politiques de l'Association européenne de l'industrie photovoltaïque (EPIA).

« Mais nous connaissons une baisse claire, évidente et absolue en part de marché en Europe comparée à l'année précédente », a-t-elle ajouté.

Mme Thies a tenu responsables l'excédent de capacité qui avait provoqué une concurrence féroce sur le marché du photovoltaïque, la fermeture d’usines européennes et des litiges commerciaux.

Le photovoltaïque solaire est une technologie utilisée pour convertir la lumière du soleil en énergie. Cette dernière est ensuite envoyée dans de grandes installations et approvisionne le réseau électrique en quantités énormes d'énergie. 

Le thermosolaire est une technologie plus limitée qui fournit généralement de l'eau chaude et de la chaleur aux ménages particuliers à partir de panneaux solaires placés sur le toit et sur les façades des bâtiments. Il est étroitement lié à d'autres technologies renouvelables comme la biomasse, l'énergie géothermique et des pompes à chaleur, utilisées pour le chauffage par le secteur de la construction.

Le chauffage : la moitié de la demande d'énergie

Le chauffage représente la moitié de la demande d'énergie finale en Europe. Pour cette raison, des adaptations et des rénovations majeures comprenant le chauffage renouvelable offrent le plus grand potentiel de réduction des émissions, d'économies de coûts à long terme et d'appréciation des actifs

Un manque d'informations publiques et d'accès des consommateurs aux revenus importants nécessaires pour payer de telles rénovations a entravé leur mise en œuvre.

En l'absence de réglementation claire, l'industrie solaire affirme que les gros investisseurs sont plus réticents à investir à grande échelle, alors que les plus petits investisseurs se retiennent aussi par peur de primes de risque plus élevées.

Étant donné que l'industrie thermosolaire se concentre autant sur les investisseurs particuliers que sur les détenteurs de grands capitaux, cette incertitude réglementaire provoque un blocage.  

« Nous constatons que les consommateurs ont de grandes attentes », a déclaré M. Noyon. « Ils attendent des signaux des autorités et reportent leurs propres investissements, ce qui ne contribue pas au système de la bonne manière. »

Il a ajouté :  « Vous ne devriez pas sous-estimer les messages contradictoires que le débat sur les objectifs pour 2030 envoie aux particuliers sur les choix qu'ils devraient faire. »

Livre vert

Certaines personnes du secteur de l'efficacité énergétique préfèrent le paquet pour 2020, qui incluait également l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables, au livre vert de l'UE relatif aux objectifs sur le climat à l'horizon 2030, qui se rapprocherait d'un objectif global de réduction des gaz à effet de serre.

Beaucoup de personnes craignent que des mesures politiques fragmentées et incohérentes ne retardent l'arrivée d'un réseau intelligent européen intégré qui, un jour, permettrait aux « prosommateurs » de vendre l’électricité qu'ils ont produite pour la réinjecter dans des compagnies électriques.

Selon des personnes de l'industrie, une harmonisation des normes de certificat de performance énergétique et des stratégies nationales de rénovation majeure des États membres aideraient le secteur à court terme.

Les taux de rénovation des bâtiments en Europe représentent environ 1 % du parc total de logement, selon le Building Performance Institute Europe. 

L’UE s’est dotée de l’objectif contraignant de réduire ses émissions de CO2 de 20 % d'ici 2020 par rapport aux niveaux de 1990 et d’augmenter d’autant la part d'énergies renouvelables dans son bouquet énergétique.

L’objectif d’une augmentation de 20 % en termes d’efficacité énergétique a également été défini, mais il n'est pas juridiquement contraignant. En mars 2011, une feuille de route a exposé un programme de décarbonisation de l'économie d'ici 2050.

Ce programme s'appuie sur un objectif à long terme approuvé par les dirigeants de l'UE en octobre 2009 afin de réduire les émissions de CO2 de 80 à 95 % d'ici 2050 par rapport aux niveaux de 1990. Cette action est en accord avec les recommandations du Groupe d’experts intergouvernemental de l'ONU sur l'évolution du climat au sujet de la prévention des changements climatiques de la Terre.

  • Printemps 2013 : L’UE devrait publier un livre vert sur les objectifs pour 2030
  • D'ici la fin 2013 : L’UE devrait publier une communication sur les objectifs pour 2030
  • 2020 : date butoir afin que l'énergie renouvelable représente 20 % du bouquet énergétique de l'UE

Commission européenne

Entreprises et industrie

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.