Un prix de l’électricité lié à celui du gaz est « une aberration », selon Agnès Pannier-Runacher

« Avoir un marché de l'électricité qui soit connecté à celui du gaz pose un problème. Au fond, c'est une aberration écologique et c'est une aberration économique », a déclaré la ministre française de l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher à Bruxelles, en marge d'une réunion des ministres européens de l'Industrie. [BENOIT TESSIER / POOL/EPA]

La ministre française de l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher, a critiqué mercredi (29 septembre) le fonctionnement du marché de l’énergie européen, estimant que le lien entre prix de l’électricité et prix du gaz était « une aberration ».

« Avoir un marché de l’électricité qui soit connecté à celui du gaz pose un problème. Au fond, c’est une aberration écologique et c’est une aberration économique », a déclaré Mme Pannier-Runacher à Bruxelles, en marge d’une réunion des ministres européens de l’Industrie.

Ses propos font écho à ceux du ministre français des Finances Bruno Le Maire qui avait réclamé la semaine dernière de « revoir de fond en comble le fonctionnement du marché unique de l’électricité ». Jugeant ses règles « obsolètes », il a promis d’aborder le sujet lors d’une réunion des ministres des Finances de la zone euro le 4 octobre à Luxembourg.

« En France, on s’approvisionne en électricité à partir des centrales nucléaires et de l’énergie hydraulique, donc on a une énergie décarbonée et un coût très bas, mais le marché (…) fait qu’il y a un alignement des prix de l’électricité en France sur les prix du gaz », avait-il dénoncé, sans préciser ses pistes de réforme.

Les prix de l’électricité sont en train de flamber sur le marché de gros, tirés par ceux du gaz.

Cette hausse de l’électricité « est difficile à expliquer à la population. Elle est contre-intuitive à un moment où on plaide pour une plus grande électrification pour économiser des tonnes de CO2″ et où « il y a de plus en plus d’énergies renouvelables et de moins en moins d’énergie fossile », a estimé Agnès Pannier-Runacher.

La question du nucléaire a par ailleurs été mise sur la table mercredi par plusieurs pays membres qui souhaitent que cette technologie soit reconnue par l’UE comme une solution pour atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, a-t-elle indiqué. « Nous plaidons pour que le nucléaire fasse partie des solutions accessibles pour l’ensemble des pays européens », a déclaré la ministre française.

La Commission européenne avait annoncé le 22 septembre qu’elle était prête à valider des « mesures temporaires » des Etats de l’UE face à la flambée des prix de l’énergie. « Il existe des outils auxquels les Etats peuvent recourir immédiatement » pour alléger les factures énergétiques des consommateurs, avait expliqué la commissaire européenne Kadri Simson à l’issue d’une réunion des ministres européens de l’Energie en Slovénie.

Ce sujet doit également être abordé lors d’un sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE les 21 et 22 octobre.

Les députés européens interdisent le financement des gaz fossiles, à quelques exceptions près

Les députés européen ont voté mardi 28 septembre en faveur de la suppression du soutien au gaz fossile dans les règles de financement de l’UE pour les infrastructures énergétiques transfrontalières, connues sous le nom de « règlement RTE-E ».

Subscribe to our newsletters

Subscribe