Manifeste contre le Greenwashing de la taxonomie européenne

DISCLAIMER: Toutes les opinions affichées dans cette colonne reflètent l'avis de l'auteur, pas celle d'EURACTIV Media network.

La Commission européenne a récemment inclus le gaz et le nucléaire dans la liste des énergies «durables» de la taxonomie européenne. [hsdc/Shutterstock]

La Commission européenne a récemment inclus le gaz et le nucléaire dans la liste des énergies «durables» de la taxonomie européenne. Cette décision revient à suspendre de facto le Pacte Vert européen et compromet les nombreux engagements écologiques que l’Union Européenne a réaffirmés ces dernières années.

Des eurodéputés du groupe de la Gauche au Parlement européen dénoncent la décision de la Commission européenne d’inclure le gaz et le nucléaire dans la liste européenne des énergies «durables» et appellent le Parlement et les Etats membres à bloquer cette proposition. Retrouvez la liste complète des signataires à la fin de la tribune.

Avec cette décision, les ressources publiques et privées nécessaires au financement de la transition énergétique risquent d’être détournées pour continuer de financer un modèle dépassé. Qualifier de «durables» les investissements dans l’énergie nucléaire ou les combustibles fossiles comme le gaz, décrédibilise l’ensemble de ce système. La Commission a en réalité créé avec la taxonomie un outil de greenwashing pour les investisseurs et les entreprises.

Nous, eurodéputés du groupe de la Gauche au Parlement européen, dénonçons la décision de la Commission de favoriser les intérêts des grands oligopoles énergétiques et de certains Etats plutôt que de suivre les recommandations des scientifiques.

Nous estimons de plus que cette décision de la Commission est antidémocratique. Une minorité non élue décide de l’avenir de millions d’Européens, sans aucune légitimité démocratique, sur un enjeu central pour l’avenir de la planète et de ses habitants. Nous exigeons que les institutions nationales et européennes prennent d’urgence des mesures pour rejeter cette décision.

La Commission ne remplit pas les fonctions qui lui ont été déléguées : la taxonomie européenne est légalement tenue de s’appuyer sur la science et non sur les intérêts politiques.

Il apparaît clairement que ce sont les intérêts économiques et nationaux, très éloignés des intérêts des citoyens européens, qui ont guidé le choix de la Commission. Plusieurs Commissaires se sont cependant opposés à cette décision, ce qui devrait suffire à susciter une réflexion sérieuse et profonde au sein de l’institution. La Commission a manqué de transparence tout au long du processus, en retirant l’énergie nucléaire et le gaz de la proposition initiale puis en les réintégrant à la dernière minute, avec une période de consultation publique extrêmement courte. Cette décision doit faire l’objet d’un véritable débat public.

Le groupe d’experts missionné par la Commission a exprimé son opposition totale à la catégorisation du gaz et du nucléaire comme énergies «vertes» et a déclaré que la décision de la Commission n’était absolument pas conforme à la réglementation sur la taxonomie. Plusieurs États membres ont déjà manifesté leur opposition à cette nouvelle taxonomie. Les engagements de la Commission, du Parlement européen et les accords internationaux signés par l’Union européenne vont aussi à l’encontre de la nouvelle position défendue par la Commission.

Nous invitons donc toutes les forces politiques, les syndicats, les organisations environnementales et la société civile à mettre tout en œuvre pour empêcher l’entrée en vigueur de l’acte délégué de la Commission.

Nous demandons aux députés européens de s’opposer à la taxonomie de la Commission et exhortons les États membres à bloquer cette proposition au sein du Conseil. Le droit européen permet au Parlement ou aux Etats-membres de bloquer ce texte et de forcer la Commission à revenir sur sa proposition. Cela est nécessaire, non seulement pour préserver la crédibilité de la taxonomie européenne, mais surtout pour assurer la transition rapide et indispensable de notre modèle énergétique et le respect des engagements climatiques de l’Union européenne.

Liste complète des signataires :

  1. Sira Rego
  2. Manu Pineda
  3. Idoia Villanueva
  4. M. Eugenia Rodríguez Palop
  5. Miguel Urbán
  6. Pernando Barrena
  7. Mick Wallace
  8. Luke Flannagan
  9. Chris Macmanus
  10. Clare Daily
  11. Manuel Bompard
  12. Leïla Chaibi
  13. Manon Aubry
  14. Marc Botenga
  15. Cornelia Ernst
  16. Oezlem Demirel
  17. Martin Schirdewan
  18. Martina Michels
  19. Petros Kokkalis
  20. Stelios Kouloglou
  21. Kostas Arvanitis
  22. Dimitrios Papadimoulis
  23. Alexis Georgoulis
  24. Anja Hazekamp
  25. Marisa Matias
  26. José Gusmao
  27. Nikolaj Villumsen
  28. Malin Bjork

Subscribe to our newsletters

Subscribe