Accord commercial transatlantique : offensive de 14 Etats sur l’exception culturelle

Quatorze pays ont écrit à l’exécutif européen pour lui rappeler leur opposition à l’inclusion de la culture dans les négociations autour d’un accord de libre échange avec les Etats-Unis.

La France est en première ligne de la fronde contre la Commission européenne. Depuis des mois, Paris répète qu’il n’est pas question d’inclure le secteur de la culture – en particulier l’audiovisuel – dans les discussions autour du futur accord de libre échange entre les Etats-Unis et l’UE.

Comme dans l’OMC

Dans ce combat, la ministre de la Culture française n’est pas seule. Treize de ses homologues européens (allemand, autrichien, belge, bulgare, chypriote, espagnol, hongrois, italien, polonais, portugais, roumain, slovaque et slovène) ont soutenu sa position en parafant un courrier envoyé à la présidence irlandaise de l’UE.

 

Ils demandent que soit « pleinement maintenue la position constamment réaffirmée de l’Union, qui a toujours exclu, au sein de l’Organisation mondiale du commerce comme dans les négociations bilatérales, les services audiovisuels de tout engagement de libéralisation commerciale ».

Le Royaume-Uni à contre-courant

Les quatorze veulent faire pression sur le commissaire au Commerce extérieur, le libéral belge Karel de Gucht, défavorable à l’exclusion de tout secteur. Il craint que les Américains en profitent pour poser eux aussi leurs conditions d’entrée de jeu.

Lors de sa visite à Washington, lundi 13 mai, le Premier ministre britannique a exprimé une position similaire. « Tout doit être sur la table, y compris les questions difficiles, sans exception », a-t-il lancé.

La signature d’un accord entre Bruxelles et Washington créerait la plus grande zone de libre-échange du monde. La Commission européenne souhaite obtenir un mandat de négociation d’ici le début de l’été pour commencer les négociations officielles au plus tôt.

D’autres thématiques comme les OGM ou les normes sanitaires s’annoncent particulièrement sensibles.

Accord transatlantique, la France définit ses lignes rouges

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.