La bataille européenne du portefeuille électronique s’intensifie

shutterstock_156162761.jpg

Après PayPal et Visa, MasterCard s’attaque à son tour au marché européen très concurrencé du « e-wallet ». Déjà présent au Royaume-Uni, le géant américain de la carte bancaire espère s’implanter dans 5 nouveaux pays européens dont la France d’ici la fin de l’année. 

Un clic pour payer son achat.  La recette miracle du portefeuille électronique n’en finit pas d’attirer les nouveaux concurrents sur un marché déjà bien établi.

 Le 17 octobre, c’est au tour de MasterCard d’annoncer le déploiement de son portefeuille électronique, MasterPass, dans plusieurs pays d’Europe d'ici à la fin de l'année. Grâce à un partenariat avec  Worldline; une filiale du français Atos spécialisée dans le secteur, le groupe américain espère implanter sa solution en Belgique, en France, en Italie, en Suède et en Espagne

« Ce partenariat avec un leader international comme Worldline va accélérer l’adoption de MasterPass en France et en Europe, en multipliant le nombre de commerçants qui adopteront cette solution pratique, rapide et sécurisée », estime Régis Folbaum, PDG de MasterCard France.

Le portefeuille électronique permet aux consommateurs d'enregistrer une seule fois leurs informations bancaires via un opérateur et de disposer d'un d'un identifiant et un code de sécurité unique pour tout leur paiements futurs. 

Alors le réseau de cartes Visa a déjà annoncé le lancement de d'un e-wallet compatible seulement avec les carte visa sur le marché européen, MasterCard mise à l'inverse sur une solution multicanal. L'utilisateur pourra ainsi enregistrer ses informations de paiement via le portefeuille MasterCard quel que soit la marque de sa carte bancaire.

Un marché du e-wallet en pleine frénésie

Mais les réseaux de cartes bancaires ne sont pas les seuls à miroiter le marché. Longtemps dominé par l'américain PayPal, d’autres opérateurs tels que les banques, les réseaux de cartes bancaires ou les géants d’internet  tentent aujourd’hui d’imposer leur solution auprès des consommateurs. 

Pour atteindre ces derniers, les différents acteurs du marché doivent  déployer leurs e-wallet auprès  auprès des e-commerçants. Pour cela, ce sont les tarifs des commissions facturées aux marchands en ligne qui feront certainement la différence. 

Dernière initiative en date, mi-septembre, trois banques françaises – BNP Parisbas, La Banque Postale et la Société Générale – ont lancé leur portefeuille électronique sur le marché français. 

Leur principal argument: elles disposent d'ores et déjà des informations bancaires de leurs clients. Ainsi, ces derniers n'ont pas besoin de divulguer ces informations à un tiers pour les règlements en ligne. 

Du côté des poids-lourds de l’Internet, Amazon  a annoncé en octobre le lancement de son propre service. Misant sur les millions de clients déjà enregistrés sur son site, le libraire en ligne a mis en place un bouton «Login and Pay with Amazon» qui permets à tout propriétaire de compte de régler son achat grâce aux coordonnées bancaires déjà enregistrées via son compte Amazon.

Un marché mobile et en croissance

Le marché du e-commerce connaît une croissance continue depuis plusieurs années. Dans son étude trimestrielle sur le marché de la vente en ligne en France, la Fédération du e-commerce et de la vente à distance relève que les achats des français ont bondi de de 16% sur un an, pour atteindre un volume de 12,2 milliards d’euros au cours du second trimestre 2013.

Une croissance tirée par le dynamisme du marché des ventes sur l’internet mobile. Les achats en ligne réalisés via smartphones et autres tablettes ont augmenté de 120% sur un an. Les ventes sur mobile connaissent aujourd’hui un démarrage 2 fois plus rapide que celui qu’avaient connu les ventes sur ordinateur au début des années 2000.

Au niveau européen la croissance aussi est à la hausse. Selon les chiffres publiés par eCommerce Europe, les ventes en lignes  (biens de consommation et services)  en Europe ont progressé de 19%  en 2012 pour un volume de  311,6 milliards d’euros.  Les 28 Etats membres de l’UE représentent à eux seuls 88,7% du marché et un volume de 276,5 milliards d’euro.

Alors que le marché du e-commerce  poursuit sa progression, le paiement par carte bancaire représente toujours la majorité des paiements en ligne. Mais face à l’hégémonie de plus en plus grandes des smartphones et tablettes, le paiement avec le numéro de la carte bancaire tend à diminuer au profit de services de portefeuille électronique plus adaptés aux shopping sur les terminaux mobiles.  Grâce à ces nouveaux modes de paiement le client peut payer ses achat grâce à un identifiant et un mot de passe mémorisés sur l'appareil.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer