Les assureurs poursuivent leurs investissements en Europe

insurance policy.jpg

Les investissements des compagnies d’assurance en Europe ont connu une croissance de 3,2% en 2013. Mais le secteur craint que le durcissement des règles prudentielles qui doit intervenir en 2016 ait un impact négatif, notamment sur les investissements de long terme.

Le secteur de l’assurance se porte bien en Europe. En 2013, ses investissements ont représenté 8.500 milliards d’euros soit une hausse de 3,2 % à taux de change constant, par rapport à 2012, selon le rapport publié le 1er septembre par Insurance Europe.

Insurance Europe., la fédération européenne des assureurs et des réassureurs, qui rassemble l’ensemble les fédérations nationales de l’Islande, du Liechtenstein, de la Norvège, de la Suisse de la Turquie ainsi que des 28 États membres de l’UE, à l’exception de la Lituanie, rappelle dans sa publication quelL’Europe demeure le principal marché mondial de l’assurance.

L’Europe occupe en effet 35 % du marché mondial de l’assurance, devant le marché Nord-américain (30 %) et les marchés asiatiques (28 %). Et les investissements réalisés par les compagnies d’assurance en Europe depuis 2008 sont en constante augmentation.  

Le secteur de l’assurance compte plus de 5 100 entreprises en Europe et emploie directement  environ 1 million de personnes, selon le rapport.          

Financement de l’économie

Malgré cette croissance significative des investissements, Insurance Europe reste prudent. En effet, le cadre européen sur les fonds propres des assureurs, Solvabilité II doit entrer en vigueur au 1er janvier 2016.

Le texte oblige entre autres les assureurs à adapter le niveau de leurs capitaux propres au niveau de risques auxquels leurs investissements les exposent : plus le placement effectué est risqué, plus l’immobilisation de capital est élevée. Cela afin d’assurer la solvabilité des assureurs.

Ces nouvelles règles en matière de fonds propres avaient donné lieu à d’âpres négociations entre le secteur de l’assurance et les décideurs européens, et leur entrée en vigueur plusieurs fois repoussée.

 « Les assureurs contribuent de manière très importante à l’économie européenne a assurant la promotion de la croissance et de la stabilité au travers d’investissements de long-terme qui représentent environ 60 % du PIB européen » explique la directrice générale de la fédération, Michaela Koller.

Investissements de long-terme désavantagés

Pour les assureurs, la réglementation européenne risque de pénaliser les investissements de long terme, qui seraient soumis à une immobilisation de capital trop importante.

Alors que l’Union européenne peine à relancer les investissements, « certains aspects de la directive et sa mise en œuvre inciteront encore les assureurs à immobiliser trop de capital pour leurs investissements à long terme » a déploré la  directrice générale.

Une logique qui pourrait pousser le secteur à devoir immobiliser davantage de capital et donc à réduire ses investissements, où alors à se détourner des investissements nécessitant une immobilisation trop importante de capital selon la nouvelle réglementation.  

« Ainsi, il sera plus coûteux pour les assureurs d’investir dans les obligations d’État à long terme et les obligations de société, ainsi que des activités de stimulation de la croissance, tels que les projets d’infrastructure » affirme Michaela Koller

En juillet 2007, la Commission européenne a proposé une révision complète des règles régissant la situation financière des assureurs européens depuis 30 ans. Cette initiative porte le nom de Solvabilité II, en référence au cadre réglementaire actuel Solvabilité.

Solvabilité II propose une nouvelle approche fondée sur le risque comme solution de rechange au système « forfaitaire » actuel. Selon une nouvelle méthode, plus le risque économique pris par un assureur est élevé, plus le capital de la société devra être élevé, pour agir comme garantie contre les défaillances.

La proposition vise également à reformer les procédures de contrôle, avec pour objectif d’améliorer la coopération entre les contrôleurs nationaux, essentiellement dans les sociétés multinationales. Elle demande également plus de transparence de la part des compagnies d’assurance et de réassurance.

Après plusieurs reports et aménagements, Solvabilité II doit entrer en vigueur à partir du 1er juillet 2016. 

  • 1er janvier 2016: entrée en vigueur de Solvabilité II

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer