Pierre Moscovici plaide pour les réformes structurelles en Grèce

Le commissaire Moscovici est en visite à Athènes

Le commissaire français est en visite à Athènes à la veille d’élections présidentielles où le parti de la gauche radicale est donné gagnant par les sondages.

La visite du commissaire français, Pierre Moscovici, lundi 15 décembre, est intervenue à 48h des élections présidentielles, prévues le 17 décembre. Convoquées en avance, ces élections cristallisent le spectre d’une nouvelle crise économique et politique, qui alarme le président de la Banque centrale grecque.

L’économie grecque court le risque de subir des dégâts « irréparables » à mesure que la crise politique déclenchée par la décision du gouvernement d’avancer de deux mois l’élection présidentielle prend des proportions considérables, a ainsi déclaré Yannis Stournaras.

Le chef de l’État est élu en Grèce par les députés et en l’état actuel la coalition gouvernementale ne dispose du soutien que de 155 élus, alors qu’il en faudra au moins 180 pour élire le nouveau président

Au cas où le chef de l’État ne peut être élu, il est prévu que le Parlement soit dissous et que des élections législatives anticipées soient organisées.

Un sondage publié la semaine dernière donnait le parti Syriza, connu pour ses positions anti-austérité, en tête, à plus de cinq points devant la Nouvelle Démocratie (droite) d’Antonis Samaras. Syriza est crédité de 31%, la ND de 25,7%.

>>Lire aussi : Le parti Syriza au cœur du jeu politique à la veille des élections en Grèce

« Au cours de ces derniers jours, la crise a pris des dimensions préoccupantes, la liquidité sur les marchés financiers décroît à un rythme rapide (…) et le risque de dégâts irréparables pour l’économie grecque est très élevé », souligne Yannis Stournaras.

La Bourse d’Athènes a regagné 1,45% ce lundi mais elle a plongé de plus de 20% sur l’ensemble de la semaine dernière à la suite de l’annonce du bouleversement du calendrier de l’élection présidentielle.

En visite à Athènes, le commissaire Moscovici a mis en avant sa neutralité politique, alors que Jean-Claude Juncker avait la semaine dernière affiché un soutien à peine ambigu à M.Stavros Dimas, ancien commissaire et candidat de la droite aux élections présidentielles prévues mercredi 17 décembre.

>>Lire aussi : La Commission soutient le candidat de droite à la présidentielle grecque

« Je ne me mêle pas du tout de politique grecque, il y a une démocratie, je ne suis pas dans une situation de « Et si » a déclaré l’ex ministre des Finances français à l’AFP. 

Il a aussi plaidé contre le « Grexit ». « L’idée d’envisager de ne pas rembourser une dette énorme est suicidaire. Ce n’est pas possible, ça signifierait faire défaut et c’est ce que nous avons cherché à éviter pendant des années » a-t-il aussi indiqué.

«Ce dont nous avons besoin maintenant, c’est de terminer le programme en cours (…) et je suis persuadé qu’en restant proche les uns des autres, nous pouvons y arriver», a précisé le commissaire. Il a aussi déclaré que dans le cadre du nouveau programme qui doit prendre en 2015 le relais des plans d’assistance à la Grèce, la «surveillance sera plus légère» de la part de l’UE sur le pays.

La venue en Grèce du commissaire a été critiquée par le député européen Guillaume Balas, qui a indiqué sur Twitter avoir honte que le commissaire français affiche son soutien au gouvernement grec en place.

 

Contexte

2014 marque la fin d'une douloureuse période de récession de six ans pour la Grèce, qui a eu recours au marché obligataire deux fois après un exil de quatre ans. Aujourd'hui, à la veille d'élections présidentielles anticipées, les investisseurs craignent pourtant que la crise ne refasse surface.

Le 8 décembre, les ministres de la zone euro ont décidé d'accorder à la Grèce une extension de deux mois du plan de sauvetage, plutôt que l'extension de six mois à laquelle Athènes s'opposait. Ces deux mois devraient permettre au pays de finaliser son rapport de fin de renflouement avant de close une fois pour toutes le chapitre du renflouement.

Depuis cet été, tous les sondages indiquent que des élections immédiates verraient le parti Syriza remporter le scrutin. Le parti de gauche est d’ailleurs le grand gagnant des élections européennes du mois de juin

>> Lire : Victoire historique de la gauche en Grèce

Prochaines étapes

17 décembre 2014 : élections présidentielles en Grèce

Plus d'information

Commission européenne

Déclaration de Jyrki Katainen sur la situation économique grecque

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.