Stagnation économique de la zone euro au 2e trimestre

[Alf Melin/Flickr]

L’économie de la zone euro a stagné au deuxième trimestre, un coup d’arrêt inattendu à une reprise déjà faible. Selon les estimations d’Eurostat, la baisse de l’activité en Allemagne et une stabilité en France seraient à l’origine de cette stagnation.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une croissance de 0,1 % mais ils avaient été interrogés avant l’annonce d’une contraction de 0,2% de l’économie allemande et d’une stagnation de l’économie française, deux performances plus mauvaises qu’anticipé. L’office européen des statistiques, Eurostat, a confirmé la croissance de 0,2 % du premier trimestre.

La stagnation du deuxième trimestre et les mauvais chiffres allemands et français sont de mauvais augure pour l’évolution de l’activité dans la zone euro au second semestre, qui devrait être marquée par l’impact des sanctions économiques adoptées à l’encontre de la Russie en raison de la crise en Ukraine.

Par rapport au deuxième trimestre de l’an dernier, le PIB des Dix-Huit est en hausse de 0,7 %, comme attendu, après +0,9 % au premier trimestre.

Outre l’Allemagne et la France, l’Italie, troisième économie du bloc, a elle aussi souffert ces derniers mois, retombant en récession entre avril et juin.

Inflation de 0,4 %

Les rares bonnes nouvelles viennent de pays ayant connu de graves difficultés comme l’Espagne et le Portugal, où la croissance a atteint 0,6 %, mais aussi des Pays-Bas, dont le PIB a rebondi de 0,5 % après une chute de 0,4 % lors du premier trimestre 2014.

Cette évolution divergente des performances économiques s’observe sur fond de ralentissement préoccupant des prix. Eurostat a en effet confirmé jeudi que l’inflation de la zone euro était tombée en juillet à 0,4% seulement sur un an, son plus bas niveau depuis la crise financière il y a près de cinq ans.

Plusieurs responsables européens, français notamment, ont appelé ces derniers jours la Banque centrale européenne (BCE) à prendre de nouvelles mesures pour endiguer un risque de déflation.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer