Les euro-obligations en question

DISCLAIMER: Toutes les opinions affichées dans cette colonne reflètent l'avis de l'auteur, pas celle d'EURACTIV Media network.

La chancelière allemande, Angela Merkel, a résisté aux pressions du sud de l'Europe : il n'y aura pas d'euro-obligations. C'est une déception pour les marchés, mais pour les pays endettés, la seule façon de se reconstruire est désormais de patiemment mettre en œuvre des politiques de discipline en termes de dette et d'être plus rigoureux dans leur budget, argue Hans-Werner Sinn.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER