Le président de la Diète hongroise n’écarte pas une sortie de l’UE

László Kövér

Le député conservateur et porte-parole du Parlement hongrois, László Kövér, a évoqué une possible sortie de l’UE de son pays, si Bruxelles continuait  d’imposer sa volonté aux gouvernements nationaux. 

Si l’Union compte dicter le comportement des gouvernements nationaux, Bruxelles ressemblera au bout du compte à Moscou au temps de l’ère soviétique, a affirmé, László Kövér député conservateur et porte-parole du Parlement, selon le quotidien en ligne origu.hu.

Le député hongrois aurait également estimé que si c’était là la direction que prenait l’UE, la Hongrie ferait peut-être mieux d’en sortir. Il a néanmoins ajouté qu’il s’agirait d’un « scénario catastrophe » et qu’il doutait que le pays en arrive là. Selon László Kövér, le problème n’est pas l’UE ou l’OTAN, mais plutôt le fait que « la morale du monde euro-atlantique est bouleversée ».

Depuis la fin du communisme, les gouvernements et hommes d’affaires de certains pays occidentaux pensent pouvoir faire tout ce qu’ils veulent.

Par ses propos, le député s’est immédiatement attiré les foudres des partis et des hommes politiques d’opposition. Le parti E-PM (Dialogue pour la Hongrie) a pressé le premier ministre, Viktor Orbán, de « discipliner » László Kövér, arguant que sa position est contraire aux intérêts nationaux. L’E-PM a ajouté par ailleurs qu’il est grand temps que le premier ministre décide si l’avenir du pays sera aux côtés de Moscou ou de Bruxelles.

Viktor Orbán semble en effet prendre de plus en plus le parti du président russe Vladimir Poutine.

Le parti conservateur Fidesz, auquel appartiennent le premier ministre et László Kövér, a été reconduit pour un nouveau mandat de 4 ans en avril dernier. Viktor Orbán a été accusé par certains membres de l’UE de tenter de concentrer trop de pouvoir entre ses seules mains et d’annihiler les contrôles et contre-pouvoirs démocratiques.

>> Lire : Viktor Orbán  conforte son pouvoir en Hongrie

Le parti libéral hongrois qualifie le discours de László Kövér de « grave erreur », surtout dans le sillage de l’interdiction de voyage imposée à six personnalités hongroises par les États-Unis.

Le site Internet Budapest Business Journal rapporte également que l’Allemagne se préparerait à faire usage de l’arme économique à son tour en d’annulant certains accords commerciaux importants afin d’exprimer son mécontentement vis-à-vis des politiques menées par Viktor Orbán.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.