Les luttes intestines de l’AfD profitent à Merkel

Depuis les élections de mai 2014, l'AfD occupe 7 sièges au Parlement européen. [blu-news.org]

Les frictions à la tête de l’AfD révèlent des désaccords profonds au sein du parti eurosceptique allemand. Les conservateurs réticents au sauvetage de pays de la zone euro peinent à s’entendre avec les opposants à l’immigration.

Parti de rien il y a deux ans, le parti eurosceptique allemand obtient aujourd’hui environ 7 % des voix lors de sondages d’opinion nationaux. Plutôt que de s’opposer directement au nouveau parti, Angela Merkel a choisi de l’ignorer, espérant que le mouvement s’essouffle de lui-même.

Cette perspective semble se justifier si l’on en croit les derniers rebondissements. Durant le premier week-end de l’année, les dirigeants du parti se sont échangé des courriers à la limite de l’insulte.

Lors du congrès du 31 janvier, Bernd Lucke, fondateur de l’AfD, veut tenter de prendre le contrôle exclusif du parti. Un projet à l’origine d’un conflit ouvert entre lui et ses vice-présidents, Frauke Petry et Konrad Adam, qui espèrent séduire les électeurs d’extrême-droite en adoptant une rhétorique anti-immigrants. Konrad Adam, Frauke Petry et trois autres personnalités principales de l’AfD ont réagi en envoyant au fondateur du parti une lettre dénonçant sa gestion « despotique » du parti.

« Vous avez perdu les pédales ! »

Dimanche, Hans-Olaf Henkel, qui soutient Bernd Lucke, a alors qualifié Konrad Adam d’« ignoble ». « Vous avez complétement perdu les pédales et vous ne vous en rendez même pas compte, a rétorqué à Konrad Adam Hans-Olaf Henkel, ancien président de la confédération des industries allemandes, le BDI. Vous êtes dévoré par votre déception d’avoir perdu de l’importance au sein du parti. Vous êtes à des années-lumière de [Bernd] Lucke. Vous vous rendez ridicule. »

L’AfD a obtenu près de 10 % des voix dans trois circonscriptions d’Allemagne de l’Est lors des élections régionales de 2014. Sa campagne centrée sur le rejet des plans de sauvetage aux pays de la zone euro lui a permis de convaincre nombre d’ancien électeurs d’Angela Merkel et de son allié de toujours, le Parti libéral-démocrate (FDP). La formation de gouvernements dans les États régionaux a donc été difficile pour les conservateurs.

Elections tests à Hamburg

L’âpre conflit qui oppose les dirigeants de l’AfD sur l’avenir de leur parti rend cruciales les élections régionales de Hambourg, qui se dérouleront le 15 février. Celles-ci constitueront un test important pour la longévité du parti.

« C’est incroyable de les voir se chamailler comme des enfants de maternelle, estime Thomas Jaeger, chercheur en politique à l’Université de Cologne. Angela Merkel a toujours dit qu’il était plus sage de les ignorer et pour elle cette dispute est une bonne nouvelle. »

Depuis les élections de mai 2014, le parti eurosceptique Alternative pour l'Allemagne (AfD) occupe 7 sièges au Parlement européen.

Les députés de l'AfD se sont joints au groupe des Conservateurs et Réformistes européens (CRE), dirigés par les conservateurs britanniques.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.