L’OTAN envisage d’agrandir sa base militaire en Pologne

La base de Szczecin, Pologne

szczecin_poland.jpg

Face à la menace grandissante de la Russie, le Général Philip Breedlove, commandant des forces alliées en Europe, a proposé à la ville polonaise de Szczecin d’agrandir la base militaire de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord.

Devant l’escalade des tensions entre l’Occident et la Russie, l’OTAN entend développer ses forces militaires en Europe. Selon le groupe de réflexion américain Atlantic Council proche de l’OTAN, le Royaume-Uni et d’autres États membres de l’Alliance soutiennent la stratégie du Général américain, Philip Breedlove, qui vise à fonder une base d’approvisionnement (armes, munitions et rations de combat) en Europe de l’Est. Objectif : permettre des mouvements de plusieurs milliers de troupes dans les plus brefs délais au cas où une crise devait éclater.

Selon certaines sources, plusieurs bases sont envisagées. Mais la base polonaise de Szczecin, la Multinational Corps Northeast, est en bonne place pour obtenir le rôle. La Multinational Corps Northeast a été fondée en 1999. Il s’agit d’une armée multilatérale de l’OTAN constituée jusqu’à aujourd’hui de divisions polonaises, allemandes et danoises.

Le Général Breedlove « veut utiliser une base déjà existante dans la structure de l’OTAN et la dédier complètement à l’article 5 énoncé dans les missions [de l’organisation] », a expliqué une source citée par l’Atlantic Council. Celle-ci fait référence aux principes fondateurs de l’OTAN, à savoir, une attaque armée contre un État membre de l’OTAN est une attaque dirigée contre tous les États membres alliés.

« Il s’agirait d’une base qui serait opérationnelle 24h sur 24, 7 jours sur 7, afin que les forces puissent répondre au plus vite si besoin », selon cette même source. Le Général Breedlove a indiqué lors d’un briefing la semaine dernière à Naples, que l’OTAN avait besoin « d’approvisionnements, de forces militaires en place et d’une base militaire prête à mettre rapidement à disposition des forces de remplacement ».

« Les Russes ont pris la décision d’avoir recours à la force pour atteindre leurs objectifs [. . . ] et ceci met fin à 25 ans de construction d’une structure de sécurité en Europe fondée sur certains principes fondamentaux », a expliqué un représentant de l’OTAN. 

La crise ukrainienne a éclaté quand l'ancien président Viktor Ianoukovitch a annulé les projets de signer un accord d'association avec l'UE en novembre 2013. Or il a préféré se rapprocher de la Russie, engendrant des vagues de protestation et la destitution du chef d'État.

Moscou a annexé la Crimée en mars à la suite d'un référendum après que les troupes russes se soient emparées du pouvoir de la péninsule sur la mer Noire dans la plus grande crise opposant la Russie à l’Occident depuis la fin de la guerre froide.

Actuellement, les militants prorusses contrôlent des bâtiments dans dix villes de l'Est ukrainien après avoir s'être soulevés le 6 avril dernier. 

Subscribe to our newsletters

Subscribe