Stratégie de Lisbonne : la Commission Barroso présente son « Agenda pour la politique sociale »

spilda1.jpg

La Commission doit présenter aujourd’hui son programme de travail
en matière de politique sociale pour la période 2005-2010.
L’exécutif bruxellois voudra afficher sa détermination à prendre
pleinement en compte la dimension sociale du processus de Lisbonne.

Dans sa Communication sur « l’Agenda pour la politique sociale
2005-2010 », la Commission doit s’engager à moderniser le modèle
social européen et à garantir l’application du principe de cohésion
sociale.

L’une des priorités essentielles de cette stratégie sur cinq ans
sera de convaincre les citoyens d’accepter les
réformes
rendues nécessaires par l’évolution du contexte
socio-économique, notamment marqué par le renforcement de la
concurrence au niveau mondial et le vieillissement de la population
européenne. La Commission estime que « trois
conditions-clés
 » devront être réunies pour permettre le
succès de sa stratégie : le développement d’une approche
intergénérationnelle mettant l’accent sur la jeunesse, la mise en
oeuvre d’un partenariat pour le changement impliquant les
partenaires sociaux et l’ensemble de la société civile, et le
renforcement de la dimension sociale de la mondialisation.

La communication se fixe deux objectifs
prioritaires
:

  • contribuer à la réalisation de l’objectif de plein emploi au
    niveau européen ;
  • oeuvrer à l’avènement d’une société plus équitable,
    offrant des chances égales à tous ses membres.

La Commission entend prendre un certain nombre
d’initiatives pour la période 2005-2010, notamment
:

  • la publication d’un Livre vert sur l’évolution démographique de
    la population européenne (en 2005) ;
  • le lancement d’une initiative européenne pour la jeunesse
    ;
  • une meilleure promotion de la responsabilité sociale des
    entreprises (RSE);
  • la mise en place d’un cadre européen pour les négociations
    collectives entre partenaires sociaux ;
  • une Année européenne de la mobilité professionnelle en
    2006;
  • le lancement d’une initiative européenne sur le revenu minimum
    ;
  • une Année européenne de lutte contre l’exclusion et la
    pauvreté en 2010 ;
  • une Année européenne de l’égalité des chances en 2007;
  • la création d’un Institut européen sur l’égalité des
    sexes.

La CBI (Confederation of British
Industry -
le patronat britannique) a déjà réagi
de façon négative aux propositions de la Commission. Cité par
le Guardian, le directeur-général du CBI, Sir Digby
Jones, indique que les propositions contenues dans
l'agenda social sont de nature à contrarier les espoirs des
entreprises, encouragées par l'élan réformateur initial
de la Commission Barroso.

Toujours selon
le Guardian, le dirigeant syndical
européen John Monks
a exprimé son soulagement, se
félicitant que M. Spidla ait "redonné vie à l'agenda [social]
une semaine seulement après que beaucoup eurent prononcé l'arrêt de
mort de l'Europe sociale".

La semaine dernière, la Commission présentait un ensemble de
propositions - essentiellement centrées sur les objectifs de
croissance économique et de création d'emplois - visant
à relancer le processus de réformes dit "de Lisbonne"
(voir EURACTIV 3 février 2005). Ce "nouvel
élan pour la stratégie de Lisbonne" a fait l'objet de vives
critiques de la part des députés européens socialistes et
écologistes, des syndicats et des organisations de défense de
l'environnement, qui accusent la nouvelle Commission de vouloir
négliger les dimensions sociale et environnementale de la stratégie
de Lisbonne. 

La Commission Barroso entend à présent convaincre ses
détracteurs qu'il n'existe pas de contradiction entre, d'une part,
son engagement résolu en faveur de la croissance économique et de
l'emploi, et d'autre part sa détermination à mettre en oeuvre
des mesures fortes en matière de politique sociale et de
développement durable. Elle doit ainsi présenter, ce mercredi 9
février, son programme sur cinq dans le domaine de la politique
sociale, et dévoiler dans le même temps une Communication consacrée
à l'évaluation à mi-parcours de la stratégie de Göteborg sur le
développpement durable.

La Commission doit présenter ce mardi 9 février ses
deux Communications, l'une consacrée à l'Agenda pour la
politique sociale, l'autre à l'évaluation à mi-parcours de la
stratégie de Göteborg sur le développpement
durable. EURACTIV reviendra sur ces textes avant la
fin de cette semaine.

  • Europäischer Gewerkschaftsbund (EGB):Website
  • Confederation of British Industries (CBI):Website

Subscribe to our newsletters

Subscribe