Androulla Vassiliou plaide pour l’augmentation du budget des « pôles de l’innovation » en Europe

Androula_Vassiliou_01.jpg

L'Institut européen d'innovation et de technologie (EIT), mis sur pied il y a trois ans, en est encore à ses balbutiements, mais la Commission européenne a déjà réclamé une augmentation de 3 milliards d'euros de son budget pour l'aider à atteindre sa vitesse de croisière, et ce malgré des critiques sur les maigres résultats obtenus et la bureaucratie excessive.
 

Androulla Vassiliou, la commissaire européenne à l'éducation en charge de la gestion de l'EIT, a défendu les premiers résultats concrets de l'institut lors de la remise du prix de l'esprit d'entreprise la semaine dernière (21 février).

Ce prix récompense trois start-ups créées dans le cadre des trois communautés de la connaissance et de l'innovation (CCI) de l'EIT lancées en décembre 2009 dans le domaine du changement climatique, de l'énergie durable et des TIC.

Les CCI sont considérées comme les « pôles de l'innovation » en Europe. Elles ont pour objectif de créer des liens entre les étudiants, les chercheurs et les entrepreneurs pour que le « triangle de la connaissance » puisse permettre au monde de l'entreprise d'innover.

L'un des lauréats est Naked Energy, une entreprise britannique qui a mis au point un système hybride combinant des technologies photovoltaïques et héliothermiques produisant à la fois de l'eau chaude et de l'électricité. Le deuxième lauréat est l'entreprise informatique allemande Trifense,  spécialisée dans la protection des réseaux contre les cyber-attaques.

« Quand on sait qu'il n'y a que trois ans, ce n'était que sur papier et qu'aujourd'hui nous disposons de tant de projets importants sur le point d'entraîner la création de nouvelles entreprises, l'innovation en Europe prouve que l'EIT fonctionne », a affirmé Mme Vassiliou.

Lacunes et inefficacité

Tout le monde n'est cependant pas du même avis.

Une évaluation indépendante portant sur les trois premières années d'existence de l'EIT, publiée en mai dernier, a fait état d'un soutien important en faveur des objectifs de l'institut et a reconnu que le lancement des trois communautés de la connaissance et de l'innovation (CCI) avait représenté une avancée remarquable.

Ce rapport a toutefois mis en exergue le manque d'efficacité dans la mise en oeuvre du programme et l'inefficacité du personnel qui ne serait pas « adapté au rôle opérationnel que [l'EIT] tente de jouer ».

Situé à Budapest, l'EIT a rapidement dû affronter divers problèmes. Des tensions ont émergé entre le personnel de l'EIT et de la Commission européenne, ce qui a mené à «de  l'incompréhension, de la frustration et à un comportement inefficient », peut-on encore lire dans ce rapport.

« En tant qu'organisation, l'EIT a peiné à se donner une image professionnelle qui requiert un équilibre entre expérience et expertise dans toutes ses fonctions. Il n'est pas encore devenu le modèle de référence qu'il souhaiterait être. »

La Commission a accepté certaines de ces critiques, mais elle a fermement défendu le concept de l'EIT et a préféré se justifier en invoquant des difficultés de mise en oeuvre.

La Commission réclame des fonds supplémentaires

Malgré ces lacunes, la Commission européenne a présenté une proposition en novembre dernier, dans le but d'augmenter le budget de l'EIT à 3,2 milliards d'euros pour 2014-2020. Il s'agirait donc de multiplier par dix les 309 millions d'euros reçus pour la période 2008-2013.

« Plus d'argent implique plus de CCI », a déclaré Mme Vassiliou en réponse à des questions posées par la presse. Elle a ajouté que six nouvelles CCI étaient prévues dans les années à venir (trois en 2014 et trois en 2018).

La plus grande partie de cette somme sera allouée aux trois CCI existantes, car elles sont en phase de développement, a-t-elle précisé. « Plus vous vivez longtemps, plus vous avez besoin d'argent, car vous pouvez absorber l'argent si vous vous développez. Au début, il faut moins d'argent. »

Lorsqu'elle a présenté cette proposition en novembre de l'année dernière, Mme Vassiliou a affirmé qu'elle espérait que l'EIT représenterait un tremplin pour la création de 600 nouvelles entreprises, la formation de 25 000 étudiants et de 10 000 docteurs dans le cadre de nouveaux programmes combinant l'excellence de la science et l'entreprenariat.

Pas de chèque en blanc de la part du Parlement

Le Parlement européen, qui votera sur le futur programme européen de sept ans pour la recherche, Horizon 2020, semble quant à lui réticent à signer un chèque en blanc à l'intention de l'EIT.

Teresa Riera Madurell, une eurodéputée espagnole en charge de rédiger l'opinion du Parlement européen sur Horizon 2020, a affirmé que l'augmentation massive du financement de l'EIT risquait de dévier les fonds de la recherche fondamentale. « Mettre trop l'accent sur le financement à court terme et sur l'innovation proche du marché pourrait se révéler néfaste pour la recherche fondamentale à plus long terme qui est souvent source d'innovation radicale et de grande envergure. »

« Un exemple clair de la modification de l'équilibre à la Commission est l'augmentation considérable du budget alloué à l'EIT », a écrit Mme Madurell dans son ébauche d'opinion sur Horizon 2020.

« Cela mérite réflexion », a-t-elle ajouté.

Preuve de confiance

Philippe Lamberts, un eurodéputé vert belge qui a rédigé l'opinion du Parlement européen sur l'EIT, a déclaré qu'il n'était pas encore convaincu de la valeur ajoutée de l'institut.

« Je souhaiterais disposer d'un business case solide avant de dire oui », a expliqué M. Lamberts à EURACTIV. « Jusqu'à présent, je n'en ai pas encore entendu d'arguments probants », a-t-il ajouté.

« Je comprends bien qu'il s'agit d'un projet fétiche d'un certain José Manuel », a affirmé M. Lamberts s'agissant de l'augmentation des financements alloués à l'institut réclamée par le président de la Commission, M. Barroso.

M. Lamberts estime cependant que le budget proposé pour l'EIT, 3 milliards d'euros pour la période 2014-2020, n'est pas un problème en soi, mais qu'il s'agit plutôt d'une preuve de confiance étant donnés les faibles résultats de l'EIT jusqu'à présent. « Moi, trois milliards ça me fait rigoler », a déclaré M. Lamberts, comparant cette somme aux 15 milliards d'euros alloués à l'ITER, le réacteur de fission nucléaire de l'UE.

 

L'Institut européen de technologie, initialement inspiré du Massachusetts Institute of Technology (MIT) est au coeur des efforts de la Commission pour encourager la coopération dans le domaine dans la recherche dans l'UE (voir le LinksDossier d'EURACTIV sur l'EIT).

L'EIT est l'un des projets fétiches du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, qui a présenté cette idée en février 2005.

L'objectif de l'EIT est de renforcer le triangle européen de la connaissance en matière de recherche, d'éducation et de transmission des technologies en fournissant un modèle de classe mondiale pour les partenariats d'enseignement et de recherche entre les organismes académiques et les entreprises.

En décembre 2009, l'EIT a lancé ses trois premiers pôles d'innovation, les communautés de la connaissance et de l'innovation (CCI) qui se concentrent sur le changement climatique, l'énergie et les technologies de l'information.

 

  • 27 fév. 2012 : débat à la commission de l'industrie, de la recherche et de l'énergie (ITRE) sur l'EIT et Horizon 2020.
  • 20 mars : audience publique au Parlement sur le programme de recherche Horizon 2020.
  • 30-31 mai : les législateurs au Parlement devraient présenter leurs rapports sur Horizon 2020, l'EIT et d'autres programmes liés à la recherche.
  • 8 oct. : vote prévu à la commission de l'industrie, de la recherche et de l'énergie (ITRE) sur l'EIT et Horizon 2020.
  • 19-22 nov. : vote en séance plénière sur le budget de l'EIT et d'Horizon 2020.
  • 2014 : trois nouvelles CCI devraient être lancées dans les domaines suivants : la vie en bonne santé et le vieillissement actif, des aliments pour l'avenir et les matières premières.
  • 2018 : trois nouvelles CCI devraient être lancées dans les domaines suivants : la fabrication à forte valeur ajoutée, les sociétés intelligentes et sûres et la mobilité urbaine.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.