De nouveaux instruments financiers pour les PME déprimées

money.jpg

ÉDITION SPÉCIALE / La semaine dernière, la Commission européenne a lancé un nouvel instrument de financement pour soutenir les PME. Il vise à inciter les banques méfiantes à soutenir le secteur sans grands moyens financiers en ajustant les risques associés aux entreprises innovantes. De nouvelles données indiquent pourtant que les PME sont plus déprimées que jamais.

Le premier accord dans le cadre de l'instrument de partage des risques (IPR) a été signé avec UniCredit Bank Austria afin de garantir un prêt d'au moins 120 millions d'euros pendant deux ans.

L'instrument a été développé par la Commission européenne en partenariat avec le Fonds européen d'investissement (FEI), le fournisseur spécialisé dans les PME pour la Banque européenne d'investissement (BEI), basée au Luxembourg.

L'IPR vise à encourager les banques à proposer des prêts et des crédits-bail pour des sommes entre 25 000 et 7,5 millions d'euros aux PME et à des sociétés de taille intermédiaire qui se chargent de recherche, de développement ou d'innovation et qui cherchent des financements pour des investissements ou des fonds de roulement.

« Si l'on regarde les marchés boursiers, les statistiques révèlent que la pénurie de capital risque s'accentue », a déclaré à EURACTIV, Richard Pelly, le directeur général du FEI. Dans l'ensemble, les PME ont difficilement accès aux financements, de sorte que les entreprises de qualité qui garantissent un retour sur investissement sont privilégiées.

UniCredit Bank Austria est la première banque en Europe à offrir des prêts bénéficiant du soutien de l'IPR, mais d'autres devraient faire de même avant la fin de l'année.

Un nouveau rôle pour stimuler les revenus du secteur privé

Le nouvel instrument de partage des risques reflète l'évolution du rôle du FEI ces dernières années, a indiqué M. Pelly. Ce rôle est passé de la gestion du fonds de fonds visant à stimuler les prêts aux PME à de nouvelles collaborations commerciales avec des business angels et des investisseurs du monde de l'entreprise, tels que les banques qui joignent l’IPR.

Depuis que la faillite de Lehman Brothers en septembre 2008 a déclenché la crise financière actuelle, le FEI a triplé son nombre d'obligations remboursables en actions et a doublé ses volumes de garantie, selon M. Pelly. « Pour parler en données chiffrées, nous avons placé 1,1 milliard d'euros en 2011 dans des actions qui ont rapporté 6 milliards d’euros de nouveaux financements des risques pour les PME en Europe », a-t-il ajouté.

M. Pelly a expliqué que la part des ressources publiques, telles que le financement de la Commission et les régimes de subventions soutenus par les États membres, a augmenté de façon significative en tant que pourcentage du total des prêts depuis le début de la crise. Le FEI contribue également à la moitié de l'argent public actuellement investi dans les PME en Europe.

« Étant donné que les conséquences de la crise financière sont susceptibles de se poursuivre, nous continuons nos efforts en vue de parvenir à un système d'actions équilibré et durable en stimulant des investissements du secteur privé. Des investissements avec de nouveaux partenaires sont également compris dans le système, comme des investisseurs du monde de l'entreprise, afin de cibler des secteurs spécifiques et de les aider à lever leurs propres fonds » a-t-il ajouté.

L’augmentation du nombre de financement public des PME pour le secteur privé reflète toutefois les sérieuses difficultés qu’a le secteur des moyennes entreprises de trouver des financements de prêts.

Les PME sont excessivement pessimistes

À la suite de preuves continues du durcissement de l'accès aux financements plus tôt cette semaine, un rapport publié le 16 octobre a révélé que le moral des PME n'avait jamais été aussi bas.

Les PME européennes sont passées d'une incertitude pesante à un « pessimisme profond », selon une enquête sur le sentiment des entreprises conduite par l'UEAPME, qui représente l'artisanat et les petites et moyennes entreprises.

Le « SME Business Climate Index » de l' UEAPME est passé de 70,5 à 67,5. En dessous de la barre des 70 points, l' UEAPME considère les affaires comme étant un dans climat neutre.

Tous les indicateurs économiques mesurés sont en baisse par rapport au premier semestre de l'année et les plus petites entreprises sont les plus touchées en ce moment.

« L'incertitude s'est transformée en pessimisme, surtout dans les pays les plus touchés par la crise et dans la zone euro. Il est difficile de nier que l'Europe est actuellement en pleine récession, avec les faibles perspectives et les chiffres négatifs que nous avons mesurés pour tous les indicateurs et pour les secteurs commerciaux qui dépendent de la demande intérieure. Les politiques d'austérité et les mesures de consolidation ont clairement touché le plus durement les PME », a déclaré Gerhard Huemer, le directeur des affaires économiques de l'UEAPME qui publie le « Craft and SME Barometer » deux fois par an, avant les sommets européens au printemps et en automne.

«  Les PME ont la capacité de relancer la croissance en Europe. Elles sont au coeur de nos efforts, comme le met en évidence la proposition de réindustrialisation de l'Europe que j'ai présentée il y a quelques jours [...] Nous mettons tout en œuvre pour rétablir la confiance afin que les PME puissent à nouveau progresser et nous faire sortir de la crise actuelle », selon Antonio Tajani, le vice-président de la Commission européenne chargé de l'industrie et de l'entrepreneuriat. 

Les 23 millions de PME constituent la moelle épinière de l'économie et représentent 99 % du commerce et 58 % du chiffre d'affaires dans l'UE. Leur développement et leur croissance sont nécessaires pour améliorer la compétitivité et renforcer l'attrait de l'Europe en tant que lieu pour les investissements et la production.

La semaine européenne des PME (15-21 octobre) est un forum qui regroupe des entreprises, des décideurs politiques et des investisseurs pour discuter d'idées en vue de promouvoir le secteur.

Avec plus de 1500 évènements se déroulant dans 37 pays ainsi qu'un sommet à Bruxelles le 17 octobre, la semaine européenne des PME est organisée par la DG entreprises et industrie. Il s'agit d'une campagne en vue de promouvoir l'esprit d'entreprise et d'informer les entrepreneurs sur le soutien disponible à l'échelle européenne, nationale, régionale et locale.

  • 15-21 Oct.: semaine européenne des PME

Institutions européennes

Fédérations

  • European Private Equity and Venture Capital Association: Site Internet

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.