Le gouvernement allemand veut doper les investissements des municipalités

3408519105_b0bc25427c_z1.jpg [Robert Agthe/Flickr]

Le gouvernement de coalition va investir 15 milliard d’euros sur 5 ans pour renforcer la capacité d’investissement des collectivités locales. Un article d’EURACTIV Allemagne.  

En Allemagne, le gouvernement fédéral a l’intention d’élever son programme d’investissement à 15 milliards d’euros, en ciblant tout particulièrement les villes et les municipalités. Lors d’une réunion, les membres haut placés de la coalition se sont mis d’accord pour ajouter un programme d’investissement de 5 milliards d’euros destiné aux municipalités au plan de 10 milliards déjà prévu pour 2018.

Ce nouveau programme devra d’abord bénéficier aux villes et municipalités les plus faibles économiquement. Il les aidera à débloquer les investissements pour des routes, des écoles et des édifices municipaux.

Selon un porte-parole du ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble espère atteindre l’objectif d’un budget équilibré, même si le programme engendrera des dépenses supplémentaires.

Jusqu’à présent, Wolfgang Schäuble et la chancelière allemande Angela Merkel étaient opposés à cette augmentation, arguant qu’une hausse du montant du programme serait décidée lorsque les fonds nécessaires seraient disponibles.

Interrogé sur la façon dont le gouvernement procéderait pour cette augmentation, le ministre de l’Économie allemand a répondu qu’il disposait d’une « marge de manœuvre ».

L’Allemagne est sur la bonne voie

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker a déclaré le 3 mars que l’Allemagne souffrait d’un déficit d’investissement comme les autres pays de l’UE, mais que des dépenses supplémentaires, même à échelle municipale, plaçaient le pays sur la bonne voie. 

« L’Allemagne se dirige dans la bonne direction », a déclaré Jean-Claude Juncker.

>> Lire : Katainen soutient le plan d’investissement Juncker en Allemagne

L’initiative du gouvernement allemand a pour objectif de rattraper le retard considérable en termes d’investissement dans les infrastructures, telles que la construction de routes, l’installation de réseaux à haut débit et de mécanismes de capacité. Par ailleurs, les dépenses engagées dans la création de nouvelles industries garantiront à l’Allemagne le maintien de sa puissance économique.

Une initiative à trois volets

L’initiative du gouvernement se base sur trois éléments. Tout d’abord, Wolfgang Schäuble souhaite débloquer 7 milliards d’euros entre 2016 et 2018 pour des investissements supplémentaires. Selon Sigmar Gabriel, près de 4,5 milliards d’euros iront à l’industrie des transports et aux infrastructures numériques.

« Nous doublerons la somme prévue par l’accord de coalition », a indiqué le ministre des Affaires économiques.

En outre, un total de 1,2 milliard d’euros supplémentaire sera investi dans l’efficacité énergétique et 700 millions d’euros permettront de financer le développement urbain, les crèches et autre établissement public.

Une deuxième portion d’une valeur de 3 milliards d’euros, qui devait à l’origine provenir des économies des États fédérés, permettra de financer l’allocation de soins pour les familles. Désormais, Wolfgang Schäuble tirera cette somme des recettes fiscales. Les ressources libérées seront investies par les ministères.

La troisième portion correspond au programme d’investissement municipal. « Plus de la moitié des investissements publics proviennent des municipalités », a déclaré Sigmar Gabriel.

Aide aux municipalités

À cause de la faiblesse financière de nombreuses villes et municipalités, leur pouvoir d’investissement a considérablement baissé. À partir de 2017, 1,5 milliard d’euros supplémentaires seront alloués aux municipalités. Un fonds d’investissement spécial d’une valeur de 3,5 milliards d’euros sera dédié aux municipalités affaiblies économiquement. Cet investissement spécial doit expirer en 2018.

Le volume d’aide aux municipalités, qui sera ou a été mis en place par le parlement, se situe bien au-dessus des 20 milliards d’euros, a estimé Sigmar Gabriel. « C’est le programme d’aide le plus vaste depuis des décennies », a déclaré le ministre de l’Économie allemand.

Wolfgang Schäuble, Sigmar Gabriel, le ministre des Transports, Alexander Dobrindt, le chef de la chancellerie fédérale, Peter Altmaier ainsi que les chefs de file des factions du gouvernement, se sont accordés sur les points clés de l’initiative du gouvernement sur l’investissement. Le budget supplémentaire et les changements législatifs nécessaires à la mise en place de l’initiative seront présentés pour une résolution au cabinet fédéral le 18 mars 2015, au même moment que la présentation du budget pour la période 2016-2019.

>> Lire : L’économiste Jeremy Rifkin juge le plan Juncker insuffisant

Le nouveau président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a annoncé un plan de mobilisation de 300 milliards d'euros pour relancer l'économie européenne.

Le capital de la Banque européenne d'investissement (BEI), basée à Luxembourg, est au centre de ce projet.

Les détails du plan ont été dévoilés le 25 novembre et seront présentés à la réunion du Conseil européen en décembre.

Le commissaire à l'emploi, la croissance, l'investissement et la compétitivité, Jyrki Katainen espérait que le paquet comprenne un partenariat public-privé, une plus grande capacité de prêt pour la BEI, ainsi que d'autres organes de prêt de l'Union, un plus grand nombre « d'investissements » par les États membres dans les domaines comme les infrastructures et la réalisation du marché unique.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.