Les exportations agricoles espagnoles explosent

Les exportations espagnoles sont en plein boom. [Patryk Kosmider/Shutterstock]

Cet article fait partie de l'édition spéciale Valoriser l’agriculture.

Les exportations du secteur agroalimentaire espagnol sont en pleine expansion. Après la récession de 2009, les exportateurs ont connu six ans de croissance, pour un gain total de 60 %. Un article d’EFEAgro.

En 2015, les producteurs alimentaires espagnols vendent plus de 25,4 milliards d’euros d’aliments et de boissons à l’étranger, dont 70 %, soit 17,5 milliards d’euros, ont été consommés dans d’autres pays de l’UE. Les exportations agroalimentaires européennes pèsent l’équivalent de 98 milliards d’euros par an, ce qui fait de l’UE une sorte de « garde-manger » mondial. L’Europe est en effet le plus gros exportateur alimentaire du monde, avec près de 18 % de parts du marché.

Selon les dernières données récoltées par Food Drink Europe, 26 milliards d’euros de nourriture et boissons ont été exportés à partir de l’UE rien qu’au dernier quadrimestre de 2016. Les secteurs les plus porteurs sont la viande, les spiritueux, le vin, les sucreries et les produits laitiers. Dans la même période, les importations européennes se sont élevées à 17 ,8 milliards d’euros.

En Espagne, si les chiffres définitifs pour 2016 ne sont pas encore disponibles, tout indique le prolongement de la croissance, selon la Fédération espagnole de l’alimentation et des boissons (FIAB).

Le directeur général de l’organisation, Mauricio Quevedo, a expliqué à Efeagro que ce secteur était « à présent plus international que jamais », et se targue d’une « position privilégiée et internationalement reconnue, à la sixième place des secteurs d’exportation dans l’UE et dixième dans le monde ».

La viande et de ses dérivants, les huiles et les boissons sont les principaux produits exportés de l’UE, selon la FIAB.

>> Lire : L’agriculture européenne surfe sur l’évolution des habitudes alimentaires des pays émergents

Commerce communautaire

Les pays achetant le plus de produits espagnols au sein de l’UE sont la France (représentant 17 % revenus générés), l’Italie (12 %) et le Portugal (12 %). Le Royaume-Uni (7 %) et l’Allemagne (6 %) suivent, avec une certaine marge.

La croissance rapide du secteur est reflétée dans la multiplication du nombre d’entreprises exportant des produits espagnols. Entre 2009 et 2015, le nombre d’entreprises a augmenté de 33 %, pour atteindre un total de 12 700 sociétés.

« D’un côté, cette augmentation, qui a commencé il y a plusieurs années, montre l’internationalisation dans laquelle s’est engagé le secteur pour compenser la baisse de la demande nationale, ainsi que la capacité et la compétitivité nécessaires pour se tailler une place sur le marché mondial », souligne un rapport de la FIAB.

Les statistiques placent l’Espagne en sixième place des plus grands exportateurs européens, avec 7,6 % du total exporté, environ la moitié de ce que représente l’Allemagne ou les Pays-Bas, en premières positions. Le pays ibérique est cependant le moteur de croissance du secteur.

L’association de lobby Food Drink Europe, qui défend les intérêts de l’industrie agroalimentaire auprès de Bruxelles, estime ainsi que le secteur est « le plus important contributeur à l’économie européenne, devant d’autres secteurs manufacturiers, comme l’automobile ».

En outre, c’est également le secteur fournissant le plus d’emplois : environ 4,25 millions. En Espagne, l’agriculture emploie à peu près 500 000 personnes.

Le rapport de Food Drink Europe souligne particulièrement l’importance de l’innovation. Selon le lobby, les producteurs de boissons et aliments sont parmi les secteurs industriels qui s’engagent le plus à ce niveau.

>> Lire : « Le libre-échange peut répondre aux effets du réchauffement climatique sur l’agriculture »

Une décennie de croissance

Les exportations agroalimentaires européennes « ont presque doublé cette dernière décennie », pour dépasser 98 milliards d’euros en 2015.

La plus grande partie des échanges, 72 %, ont eu lieu entre États membres, et les 28 % restants étaient destinés à des pays tiers. Ce pourcentage est en augmentation, grâce aux améliorations dans des marchés considérés comme particulièrement importants, selon Food Drink Europe.

Les États-Unis sont le principal destinataire des exportations européennes, à hauteur de 17 milliards d’euros, suivis par la Chine (8,1 milliards), la Suisse (5,6 milliards), le Japon (4,7 milliards) et la Russie (3,9 milliards). Selon le lobby, les exportations vers la Chine, le Brésil, la Corée du Sud et d’autres marchés émergents ont augmenté de manière significative ces dernières années.

>> Lire : « Le numérique doit améliorer la productivité des exploitations agricoles »

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.