Amnesty exhorte la présidence slovène de l’UE à œuvrer en faveur des droits humains

Le Premier ministre slovène Janez Jansa (gauche) accueille la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen (droite) lors d'une réunion officielle de la Commission européenne au château et centre de congrès de Brdo près de Kranj, en Slovénie, le 1er juillet 2021. [EPA-EFE/TOMI LOMBAR]

Amnesty International a envoyé à la Slovénie une liste de demandes concernant les droits humains, alors que le pays a pris la présidence du Conseil de l’UE pour les six prochains mois. Ces demandes portent notamment sur la réalisation de progrès en matière de protection et de promotion des droits humains et de l’État de droit dans l’UE.

En réponse, le Premier ministre slovène Janez Janša a déclaré que les droits de l’homme étaient une question importante. « Cependant, je conseillerais à Amnesty International de se concentrer sur le Bélarus, où il y a des centaines de prisonniers politiques qui meurent dans les prisons, et où, contrairement à l’UE, Amnesty ne fait pas ce pour quoi elle a été créée. »

Amnesty a appelé à des progrès en matière de protection et de promotion des droits de l’homme et de l’État de droit dans l’UE, en particulier en ce qui concerne les procédures en cours au titre de l’article 7, l’adhésion de l’UE à la Convention européenne des droits de l’homme et à la Convention d’Istanbul, et le développement de la législation européenne contre les « poursuites stratégiques contre la participation publique » (SLAPP).

Liberté de la presse : le Parlement européen veut mettre fin aux procédures-bâillons

La commission des affaires juridiques et la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures se sont réunies ce matin au Parlement européen pour débattre la lutte contre l’intimidation judiciaire que subissent des journalistes et des organisations de la société civile au sein de l’UE.

Il a déclaré que les droits de l’homme devraient être placés au centre de la politique étrangère de l’UE, notamment en traitant en priorité les droits de l’homme dans les relations avec les pays tiers.

La présidence slovène a également été invitée à orienter les négociations sur le nouveau pacte européen sur l’asile et les migrations en axant la politique européenne sur la solidarité et les droits de l’homme.

Selon l’organisation, il convient de garantir un accès effectif à l’asile dans les États membres de l’UE et de créer un mécanisme indépendant chargé de constater les violations des droits de l’homme aux frontières de l’UE et de faire fonctionner les mécanismes de solidarité et de débarquement.

Elle a également déclaré que les droits de l’homme doivent être au premier plan des négociations sur le paquet de règles relatives aux services numériques, affirmant qu’il devrait y avoir une plus grande transparence des pratiques des plateformes en ligne et une réglementation des modèles commerciaux.

La Slovénie, en tant que titulaire de la présidence de l’UE, a été invitée à permettre l’accès aux moyens de réparer les injustices pour les victimes de violations des droits de l’homme et les victimes de dommages environnementaux en dirigeant les négociations sur la prochaine initiative législative pour la gestion durable des entreprises.

Subscribe to our newsletters

Subscribe