Brexit et élargissement au menu de la présidence croate de l’UE

Le Palais des Congrès, à Zagreb, accueillera les rencontres de la présidence croate. EPA-EFE/ANTONIO BAT

Le ministre des Affaires étrangères croate Goran Grlic Radman a précisé mercredi les motifs des priorités qu’elle s’est fixé. Si le Brexit reste au coeur des débats, la question de l’élargissement est un sujet plus propre aux Balkans.

La Croatie, le plus jeune Etat membre de l’UE, a «  beaucoup de travail et une mission importante que nous devrons effectuer de la meilleure façon possible dans l’intérêt de tous les membres de l’UE, à commencer par l’organisation de la relation entre l’Union et le Royaume-Uni»  , a affirmé M. Grlic Radman.

Le Royaume-Uni doit quitter l’UE le 31 janvier, mais bénéficiera d’un statut intermédiaire jusqu’à la fin de l’année, en attendant que les négociateurs tombent d’accord sur les modalités des futures relations commerciales entre le pays et l’Union.

La France fait barrage à l’élargissement européen

La France a bloqué l’ouverture des négociations d’adhésion de la Macédoine du Nord à l’UE. Celle-ci avait pourtant promis de récompenser Skopje par un ticket d’entrée pour l’UE grâce à l’accord historique de Prespa conclu avec la Grèce.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s’est interrogée récemment sur la capacité de l’UE et du Royaume-Uni à arriver à un accord post-Brexit d’ici fin 2020.

Un autre défi pour la présidence croate sera la situation des pays des Balkans de l’Ouest voulant rejoindre le bloc, «  car il y a eu des approches différentes s’agissant de l’élargissement de l’UE»  , a expliqué M. Grlic Radman à la chaîne de télévision N1.

Le ministre s’exprimait depuis Vienne, en Autriche, où il a marqué le début de la présidence croate de l’UE par une cérémonie à l’ambassade locale.

Malgré les grandes attentes des pays candidats à l’entrée dans l’UE, «  nous soutiendrons ce qui est réaliste et possible»  , a dit le Croate. «  Le processus d’entrée dans l’UE ne se fait pas en un jour. Nous avons travaillé dur pour respecter tous les critères et les normes»  , a-t-il ajouté.

Dans les Balkans de l’Ouest, seules la Serbie et le Monténégro sont dans le processus de négociation pour rejoindre l’UE, tandis que l’Albanie et la Macédoine du Nord attendent toujours de commencer leurs pourparlers d’adhésion, qui ont été bloqués par la France et d’autres pays lors d’un Conseil européen en octobre. Le Kosovo et la Bosnie sont largement à la traîne.

Avec la Slovénie, qui a rejoint l’UE en 2004, la Croatie est le seul pays issu de l’ex-Yougoslavie qui ait adhéré au bloc, en 2013.

La Serbie dans l’UE en 2025, une mission impossible ?

Si l’adhésion de la Serbie à l’UE pour 2025 semble peu réaliste, elle ne serait pas pour autant impossible selon les représentants de la société civile. Un article d’Euractiv Serbie.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.