Huit candidats de choix pour le prix Sakharov 2018

SOS Méditérranée fait partie du groupe d'ONG nommé pour recevoir le prix Sakharov 2018. [EPA-EFE/GUILLAUME HORCAJUELO]

Un groupe d’ONG de sauvetage en Méditerranée, un réalisateur ukrainien derrière les barreaux : voici deux des huit candidats au prix Sakharov pour la liberté de l’esprit qui ont été présentés le 27 septembre à Bruxelles. Un article d’Euroefe.

Lors de la cérémonie de présentation des candidats, qui sont proposés par un groupe politique ou un minimum de 40 eurodéputés, la candidature de l’activiste anti-avortement Mary Wagner a suscité la polémique. Mais hormis cette candidature discutable, qui n’a aucune chance de l’emporter, le cru 2018 de ce prix qui récompense des acteurs majeurs de la lutte pour les droits de l’homme est d’excellente qualité.

Les candidatures qui sortent du lot sont celle du réalisateur ukrainien incarcéré en Russie, Oleg Sentsov, proposée à l’initiative du Parti populaire européen (PPE), et celle des onze ONG de sauvetage de migrants en mer, proposée conjointement par les socialistes et démocrates (S&D) et les Verts.

Les ONG formant ce groupe nommé sont Proactiva Open Arms, SOS Méditérranée, Médecins sans frontières, Sea Watch, Sea Eye, Jugend Retter, Lifeline, MOAS, Save the Children, Refugee Foundation et Proem-AID.

Oleg Sentsov, 42 ans, purge une peine de prison de 20 ans après avoir été jugé coupable de préparation à des attentats terroristes en Crimée, la péninsule ukrainienne annexée par la Russie en 2014. L’Ukraine et l’Occident le considèrent toutefois comme un prisonnier politique.

Le réalisateur, qui est devenu citoyen d’honneur de la ville de Paris, à la demande de la maire Anne Hidalgo, est actuellement en grève de la faim en prison pour réclamer la libération d’environ 70 prisonniers politiques ukrainiens écroués par la Russie.

L’eurodéputée socialiste espagnole, Elena Valenciano, vice-présidente des sociaux-démocrates, a quant à elle défendu la candidature des ONG présentes en Méditerranée. Selon elle, elles représentent « le visage le plus humain de la réponse européenne au phénomène migratoire ». Elles se sont « littéralement jetés à la mer pour ni plus ni moins sauver des vies humaines ».

« Leur décerner le prix Sakharov reviendrait pour une fois à nous remettre en question, à reconnaître que nous nous sommes trompés et à croire à nouveau en une Europe solidaire que nous défendons tous », a-t-elle martelé.

Cette candidature, a-t-elle précisé à Efe, représente ce que les socialistes veulent que soit la politique migratoire européenne : « une politique solidaire et intelligente, […] commune, pour que toute l’Union européenne assume sa responsabilité, qui est de tous. »

L’eurodéputée du Bloc nationaliste galicien, Ana Miranda, membre des Verts, a quant à elle salué « le travail héroïque des équipages » et a tenu à illustrer la précarité des sauvetages en lisant les instructions d’un gilet de sauvetage trouvé sur une plage de l’île grecque de Lesbos.

Les deux eurodéputés ont regretté les obstacles mis au travail des ONG en Méditerranée et ont demandé qu’on leur remette le prix pour aider les navires à poursuivre leur travail de sauvetage.

Les autres candidats

Les autres candidats sont le jardinier Dewayne Johnson, qui a trainé la multinationale Monsanto devant les tribunaux pour son herbicide cancérigène, le RoundUp ; l’ONG sudafricaine Afriforum ; l’avocate turque Seyran Ates ; le photographe syrien Caesar ; et le leader emprisonné des révoltes dans la région du Rif au Maroc, Nasser Zefzafi, dont la famille était présente durant la cérémonie.

Le conservateur polonais Marek Jurek a quant à lui défendu la candidature de l’activiste canadienne anti-avortement Mary Wagner. Une proposition soutenue par 41 eurodéputées et critiquée par les autres groupes.

« Nous condamnons avec fierté la remise en question de notre droit fondamental à décider. Nous considérons que cette candidature vise à manipuler le prix à des fins extrémistes », a dénoncé Ana Miranda durant la présentation.

Le prix Sakharov du Parlement européen est décerné aux défenseurs des droits de l’Homme, qui reçoivent une récompense de 50 000 euros. Cette année marque les 30 ans depuis sa création, en 1988, en l’honneur du physicien soviétique et dissident politique Andreï Dmitrievitch Sakharov.

Le lauréat du Prix Sakharov appelle l’UE à aider la RDC

Pour le médecin congolais lauréat du Prix Sakharov, l’Union européenne doit accompagner la République démocratique du Congo vers la paix. Depuis plusieurs années, le Docteur Mukwege s’occupe des femmes violées au Congo.

Lauréat connu le 25 octobre

Après cette première présentation devant les commissions affaires étrangères et développement et devant la sous-commission des droits de l’Homme, la prochaine étape sera le vote des trois finalistes, le 9 octobre prochain.

Le lauréat sera choisi par la Conférence des présidents du Parlement européen et annoncé le 25 octobre à Strasbourg, où aura lieu la cérémonie de remise du prix, le 12 décembre.

L’année dernière, le prix a récompensé l’opposition vénézuélienne ; une candidature qui avait été proposée par le PPE et l’ALDE.

L’opposition vénézuélienne reçoit le prix Sakharov

L’épouse du leader de l’opposition vénézuélienne emprisonné a dénoncé lors de sa visite au Parlement européen la dictature du président de gauche, qui selon elle emprisonne tout le pays.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe