Le Parlement choisit un socialiste italien comme nouveau président

David-Maria Sassoli [EPA-EFE/PATRICK SEEGER]

Le Parlement européen a choisi le socialiste David-Maria Sassoli comme nouveau président après que le Conseil a révélé la liste de noms pour les plus hauts postes de l’UE lors d’un sommet marathon.

D’un journaliste italien à un autre : le candidat du groupe S&D, David Sassoli, membre chevronné du Parlement européen et ancien vice-président de l’hémicycle, succède à Antonio Tajani à la tête de l’institution.

L’ancien journaliste et député européen depuis 2009, a ainsi été élu avec facilité dès le second tour de scrutin. Déjà en tête au premier tour, il a recueilli 345 voix au second tour, soit une voix au dessus de la majorité absolue des suffrages exprimés nécessaires pour remporter l’élection.

Le Parlement, qui tient sa session plénière inaugurale à Strasbourg cette semaine, a ainsi suivi la tradition qui veut que la présidence du Parlement européen se partage entre les deux premiers groupes du Parlement européen : les socialistes du S&D et le PPE, qui assurent chacun une moitié de mandat au perchoir.

Une tradition qui a survécu à la montée des partis eurosceptiques, des libéraux et des verts, et surtout à la perte de majorité absolue que détenait la grande coalition formée par les socialistes et le PPE dans le précédent Parlement.

Le mandat de David-Maria Sassoli  devrait en toute logique être suivi par un mandat d’un parlementaire européen du PPE. Mais pour l’heure, le candidat attendu, l’allemand Manfred Weber n’a pas fait part de son intention de se présenter à la succession de David-Maria Sassoli .

Les autres candidats : l’Allemande Ska Keller (Verts/ALE), l’Espagnole Sira Rego (GUE/NGL) et le Tchèque Jan Zahradil (CRE) ne sont pas parvenus à rassembler suffisamment de voix pour avoir une chance contre le candidat des socialistes, qui a pu s’appuyer sur les votes de sa famille politique, mais aussi du groupe centriste (Renew) et du PPE.

Le Parlement européen pris en étau par les dirigeants européens

Le Parlement européen va devoir se prononcer sur le paquet de nomination proposé le 2 juillet par le Conseil, qui met fin au système des spitzenkandidaten, âprement défendu par les eurodéputés.

Le clap de fin du Conseil n’a pas soulevé les …

Dommage à l’est

L’ascension de l’Italien au perchoir du Parlement européen prive les pays de l’Est de tout représentant parmi les hautes fonctions de l’UE. Avec une candidate à la présidence de la Commission européenne allemande, un Belge au Conseil, un Espagnol comme diplomate en chef et une Française à la BCE, les pays de l’Est font chou blanc parmi les postes clés.

Les dirigeants européens avaient pourtant suggéré à l’issue des discussions que la présidence du Parlement européen revienne au Bulgare Serguei Stanishev, le président du parti socialiste européen, afin de rééquilibrer la répartition géographique.

Mais les socialistes ont écarté cette candidature qui était loin de faire l’unanimité dans les rangs des élus du S&D. Au profit de la candidature plus consensuelle de l’Italien.

L’essor discret d’Ursula von der Leyen

La ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, fait figure de compromis pour la présidence de la Commission européenne. Si elle rassemble sur la scène politique européenne, elle est peu connue en dehors d’Allemagne où sa carrière a souvent été jalonnée de scandales.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.