Le Parlement européen vent debout contre Dijsselbloem

Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem [(Credit: [YiAN Kourt]/Shutterstock)]

En annonçant qu’il ne participerait pas à un débat sur la Grèce à Strasbourg, le président de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a provoqué l’ire des élus, déjà échaudés par ses propos sur les pays du Sud.

Jeroen Dijsselbloem était déjà sous le feu des critiques pour avoir laissé entendre fin mars que les pays du Sud de l’Europe dilapidaient leur argent en « schnaps » et en « femmes ».

Il a maintenant suscité l’ire du président du Parlement européen Antonio Tajani et des eurodéputés en indiquant qu’il ne participerait pas à un débat prévu mardi à Strasbourg  sur le programme d’ajustement économique de la Grèce.

« Question de courtoisie »

« Même si légalement [M. Dijsselbloem] n’est pas tenu d’assister à nos travaux, nous attendons d’une personne qui demande aux citoyens européens de faire d’énormes sacrifices de se sentir obligée de répondre à leurs représentants », a déclaré M. Tajani lors de l’ouverture de la session plénière du Parlement européen, estimant qu’il s’agissait d’une « simple question de courtoisie ».

Tajani a indiqué qu’il enverrait « une lettre officielle pour protester auprès du président de l’Eurogroupe, lui disant que le Parlement européen, à l’unanimité, n’accepte pas son attitude, venant d’une personne investie d’un rôle aussi important ».

Le ton monte entre l'Eurogroupe et le gouvernement grec

Les créanciers européens de la Grèce ont suspendu les mesures prises sur la dette la semaine passée pour répondre aux décisions sociales annoncées par Alexis Tsipras. Ce dernier est une nouvelle fois menacé d’une humiliation cuisante. Un article de notre partenaire La Tribune.

Le président du groupe PPE (droite), Manfred Weber, a demandé la démission de M. Dijsselbloem, de même que la présidente du groupe de la GUE (extrême gauche), tandis que le président du groupe socialiste Gianni Pittella soulignait que le ministre des Finances néerlandais n’avait « pas la carrure et l’attitude nécessaires pour être président de l’Eurogroupe » et réclamait sa démission.

Pour Philippe Lamberts, coprésident du groupe des Verts, cette attitude « fait partie des comportements qui sont à la source de l’insurrection d’un nombre de plus en plus grand de citoyens contre les institutions démocratiques ».

« Persona non grata »

L’eurodéputé français Alain Lamassoure a pour sa part carrément proposé de déclarer M. Dijsselbloem « persona non grata » au Parlement européen.

À la suite de la polémique suscitée par ses déclarations sur les pays d’Europe du Sud, Jeroen Dijsselbloem avait indiqué regretter ses propos, mais il avait exclu de démissionner.

Les pays du sud réclament la démission de Dijsselbloem

Jeroen Dijsselbloem, le président néerlandais de l’Eurogroupe, est au centre d’une controverse déclenchée par des propos jugés racistes et machistes et dont il refuse de s’excuser.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.