Les consultations citoyennes en lice pour le prix de l’innovation politique

Lancement de la 2e édition du prix de l'Innovation politique en France dans les locaux du think tank Europanova, 16 mai 2018 [Europanova]

Le prix, dont la deuxième édition a été lancée ce mercredi 16 mai, récompense des personnalités politiques ayant porté des projets innovants en lien avec la participation politique, l’emploi ou encore la biodiversité.

« La créativité est aussi indispensable, si ce n’est plus, en politique », a affirmé Stephen Boucher, au lancement de la 2e édition du prix de l’innovation politique qui s’est tenue le 16 mai à Paris.

Porté par l’Innovation in Politics Institute et coordonné par Europanova en France, le prix de l’innovation politique récompense depuis 2017 les personnalités politiques ayant porté un projet innovant. Et pour l’édition de cette année, Nathalie Loiseau, ministre des Affaires étrangères et de l’Europe, était en lice pour le prix avec le projet des consultations citoyennes.

« C’est une initiative innovante de par sa nature, on renverse la tendance en faisant du bottom-up et non plus du top-down » a défendu Carole Ulmer, conseillère stratégique de la ministre sur les consultations citoyennes. Organisées depuis avril dans plusieurs États membres, ces consultations visent à faire remonter aux décideurs politiques européens les considérations des citoyens sur l’Europe.

Reconnecter les citoyens à Bruxelles, le pari ambitieux des consultations citoyennes

La France espère reconnecter Bruxelles et les citoyens européens en suscitant des débats organisés par la société civile. La participation de Jean-Claude Juncker à la première rencontre le 17 avril reste en suspens.

 

« L’innovation vient aussi de leur échelle paneuropéenne », poursuit Carole Ulmer, en référence à la mise en place d’un panel citoyen ayant rassemblé une centaine de ressortissants de différents pays de l’Union les 5 et 6 mai derniers à Bruxelles. Le panel a notamment réalisé un questionnaire de 12 questions en ligne auxquelles les citoyens sont invités à répondre.

Diversité de projets

Les projets candidats sont évalués sur la base de trois critères : la participation, la confiance et la durabilité au sein de huit catégories (qualité de vie, prospérité, emploi, écologie, civilisation, démocratie, droits humains et communauté).

Plusieurs projets mettent les nouvelles technologies au service de la politique, tel que le projet de mise en œuvre de la loi pour une République numérique, primé l’an passé.

Portée par l’ancienne secrétaire d’État chargée au numérique, Axelle Lemaire, cette loi a été élaborée avec la participation de plus de 21 000 citoyens qui ont pu soumettre des amendements aux députés via une plateforme numérique. 90 nouveaux amendements et cinq nouveaux articles ont ainsi été intégrés dans le projet de loi  à l’issue de la consultation.

«Insuffler de nouvelles formes de débats pour renforcer la démocratie participative en Europe»

Le nouveau président du Comité économique et social européen, Luca Jahier, entend promouvoir une nouvelle culture du dialogue autour du développement durable, de la culture, de la paix et de la jeunesse pour rapprocher les citoyens du projet européen.

De nombreux projets concernent également les thématiques environnementales ou encore l’économie circulaire. Le projet finaliste de l’année dernière Arcueil comestible encourage ainsi la culture de produits comestibles dans la ville d’Arceuil, tant dans les espaces publics (notamment via des jardins partagés) que privés (toits, balcons, etc). « L’idée est d’imaginer une ville dans laquelle une partie des besoins alimentaires soit fournie localement, précise Simon Burkovic, adjoint au maire d’Arcueil en charge de la transition écologique. On a aujourd’hui également des projets de fermes urbaines ou encore d’écopâturage. »

Si de nombreux projets sont locaux, certains ont une dimension européenne plus directe, à l’instar du projet candidat cette année Include. Porté par la ville de Paris, il vise à mieux intégrer les ressortissants d’autres États membres de l’Union dans la vie de la capitale par exemple au travers d’un comité consultatif de citoyens européens.

Participation des citoyens

« Nous comptons sur vous pour faire remonter des noms des personnalités politiques que vous considérez inspirantes », a appellé Lena Morozova-Friha, déléguée générale d’Europanova.

Le prix implique fortement les citoyens qui peuvent participer tant à l’identification des projets innovants, ces derniers étant ensuite contactés par Europanova et invités à se porter candidat, qu’à la phase de sélection. Le jury se compose en effet uniquement de citoyens volontaires, chacun devant évaluer 15 projets.

Et si l’année dernière plus de 1000 citoyens se sont portés volontaires pour faire partie du jury, « nous souhaitons un recrutement encore plus large cette année » a précisé Lena Morozova-Friha.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.