Les eurodéputés demandent à la prochaine Commission d’évincer Selmayr

Jean-Claude Juncker et Martin Selmayr [Olivier Hoslet/EPA/EFE]

En l’absence de réaction de Jean-Claude Juncker, les eurodéputés ont appelé la prochaine Commission européenne à annuler la nomination de Martin Selmayr, le secrétaire général de la Commission.

C’est le dernier épisode d’une série digne des scénarios les plus cyniques d’Hollywood : le Parlement se penche pour la troisième sur le cas de l’ancien directeur de cabinet de Juncker, promu au plus haut poste de fonctionnaire de la Commission en février 2018.

L’année dernière, la Commission s’était fait vertement réprimander par les eurodéputés, qui avaient jugé cette promotion « semblable à un coup d’État », sans pour autant demander la révocation de la décision.

En décembre dernier, les eurodéputés avaient à nouveau lancé un appel général pour évincer Martin Selmayr, sous la forme inhabituelle d’une résolution approuvant le travail de la Médiatrice européenne, Emily O’Reilly, qui avait ouvert une enquête sur la promotion du secrétaire général en mai dernier.

La médiatrice de l’UE fustige la procédure de nomination de Selmayr

La médiatrice de l’UE a fustigé la procédure choisie il y a six mois par la Commission européenne pour promouvoir l’Allemand Martin Selmayr au sommet de l’administration, dans les conclusions de son enquête rendues publiques le 4 septembre.

Dans un rapport publié en septembre dernier, Emily O’Reilly concluait que l’exécutif européen n’avait pas suivi les procédures internes en offrant une promotion au chef du personnel de Jean-Claude Juncker, et que cela avait érodé la confiance du public dans le service public européen.

La résolution avait été approuvée par une majorité de 71 % d’élus. Mais la Commission l’a ignorée. En réponse aux questions des journalistes, la Commission s’était limitée à citer une déclaration de Günther Oettinger, le commissaire responsable du budget et des ressources humaines, qui était l’interlocuteur des eurodéputés pendant cette affaire.

Le Parlement européen réclame la tête de Martin Selmayr

Le 13 décembre le Parlement européen a adopté une résolution à la majorité (71 %) appelant à la démission de Martin Selmayr, l’ancien bras droit du président de la Commission Jean-Claude Juncker, dont la promotion en début d’année a fait polémique.

La troisième tentative de renverser cette nomination a pris la forme d’un amendement à la décharge du budget européen 2017. L’amendement a été introduit par Bart Staes (Belgique, Verts/ALE) au nom des Verts, et a été approuvé le 26 mars à 404 voix pour et 161 voix contre.

Le président de la prochaine Commission, qui sera formée après les élections européennes de mai, conserve normalement le secrétaire général déjà en poste, mais peut aussi prendre la liberté de nommer un remplaçant. Le vote du 26 mars donne des arguments à l’héritier de Jean-Claude Juncker de procéder rapidement à la destitution de Martin Selmayr.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.