L’OLAF enquête sur la Cour des comptes européenne

La Cour des comptes européenne, à Luxembourg. [Transparency International EU Office/Flickr]

Selon les informations d’Euractiv, l’Office européen de lutte antifraude a perquisitionné le 29 novembre les bureaux d’une autre instance de contrôle de l’UE : la Cour des comptes européenne.

Menée dans la matinée du 29 novembre, la perquisition l’Office de lutte antifraude (OLAF) dans les locaux de la Cour des comptes européenne (CCE) est liée à une enquête ouverte sur un membre de l’institution. La CCE n’a pas voulu confirmer ces informations recueillies par Euractiv.

Le 19 octobre, les eurodéputés de la commission budgétaire ont refusé de renouveler le deuxième mandat du Belge Karel Pinxten à la CCE, qui prend fin en février. Ils ont cependant donné leur feu vert à six autres candidats.

Selon De Standaard, le candidat a été recalé à cause d’allégations remontant à 2016, et portant sur ses frais de déplacement et indemnités quotidiennes.

Suite au vote, Karel Pinxten a déclaré qu’il s’agissait d’une « affaire interne ». « J’attends le vote de janvier, en séance plénière » au Parlement, a-t-il indiqué. Durant son entretien avec les eurodéputés, il a toutefois assuré qu’il démissionnerait si l’OLAF estimait qu’il avait commis des erreurs.

« J’encourage vraiment l’OLAF à conclure l’enquête rapidement, afin que la situation puisse être évaluée lors de la séance plénière de janvier », a réagi Bart Staes, eurodéputé belge vert le mois dernier.

Basée à Luxembourg, la CCE est composée de 28 personnes, une pour chaque État membre. Elle veille à la perception et à l’utilisation correctes des fonds de l’UE et contribue à améliorer sa gestion financière.

La CCE joue la transparence

La CCE a expliqué avoir reçu « des allégations de plusieurs lanceurs d’alertes sur l’un de ses membres, Karel Pinxten ».

« Plusieurs personnes ont porté des accusations, auprès de la Cour des comptes européenne, sur l’un de ses membres, Karel Pinxten », a déclaré Mark Rogerson, porte-parole de la Cour. « Conformément aux règles actuelles, la Cour des comptes a transféré ces informations à l’OLAF. »

« La Cour des comptes coopère pleinement à cette enquête. La présomption d’innocence de Karel Pinxten doit prévaloir », a-t-il ajouté.

L’OLAF refuse de commenter les enquêtes en cours, et n’a donc pas souhaité faire de déclaration.

Subscribe to our newsletters

Subscribe