Une Espagnole à la tête des sociaux-démocrates au Parlement européen

Iratxe Garcia

C’est une grande première : une femme, l’Espagnole Iratxe Garcia, doit prendre la tête des sociaux-démocrates au Parlement européen.

Jusqu’ici, seuls les Verts (quatrième groupe au parlement alors que les sociaux-démocrates sont deuxième) avaient une femme co-présidente.

Le président du groupe Groupe de l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates, l’Allemand Udo Bullmann (63 ans) a annoncé lundi 17 juin jeter l’éponge pour ce poste sur lequel il était en concurrence avec Iratxe Garcia. Eurodéputé depuis 20 ans, il dirigeait le groupe depuis 2018, ayant pris la succession d’un Italien.

« En ce moment, dans le débat sur les postes à responsabilité au sein du groupe S&D, il semble que les intérêts nationaux priment sur le contenu et la vision sur l’avenir », a indiqué son service de presse dans un communiqué, sans davantage de précisions.

Udo Bullmann: «Macron doit choisir entre être progressiste ou pas»

Le président français Emmanuel Macron devrait clarifier son identité politique. Et décider s’il est un  « véritable progressiste » souhaitant contribuer à une Europe sociale, estime le président du groupe S&D, Udo Bullmann.

 

Les élections européennes du 26 mai ont déclenché un grand marchandage pour les principaux postes de pouvoir au sein de l’UE, au Parlement comme au Conseil européen ou à la tête de la Commission.

Les sociaux-démocrates comme la famille de droite du PPE (179 députés) ont perdu des plumes lors de ce scrutin qui a mis fin au bipartisme historique de ces deux formations. Les Verts comme la famille centriste en sont sortis en revanche renforcés.

Le président du groupe des sociaux-démocrates doit officiellement être désigné mardi.

Pouvant profiter du succès des socialistes espagnols lors des dernières européennes pour s’imposer comme patronne des socialistes européens, Iratxe Garcia appelle à construire une « Europe plus solidaire, plus sociale, plus féministe et plus écologiste ».

Video : les grandes manœuvres démarrent pour diriger l'UE

La vague verte et la montée des libéraux ont transformé le visage du Parlement européen, qui pour la première fois, ne sera plus gouverné par les deux principaux partis. Les forces politiques doivent désormais s’asseoir à la table des négociations et trouver un compromis sur le prochain président de la Commission européenne.

À seulement 44 ans, Iratxe Garcia, née près de Bilbao au Pays basque, est déjà une ancienne au Parlement européen, où elle siège depuis 2004.

Militante du PSOE (Parti Socialiste ouvrier espagnol) depuis sa jeunesse, elle avait été auparavant élue à la chambre des députés espagnols de 2000 à 2004.

Travailleuse sociale de formation, et réputée proche du Premier ministre Pedro Sanchez, elle est à la tête de la délégation socialiste espagnole au parlement européen depuis 2017 et est l’une des vice-présidents du Parti socialiste européen depuis décembre dernier.

Au Parlement européen, elle est membre de la commission du développement régional et de celle des droits de la femme et de l’égalité des genres, dont elle a été la présidente.

Très impliquée sur cette question, Iratxe Garcia s’était notamment fait remarquer dans l’hémicycle en 2017 pour sa réponse cinglante à l’eurodéputé ultralibéral d’extrême droite polonais Janusz Korwin-Mikke qui avait déclaré que les femmes devaient être moins payées parce qu’elles étaient moins intelligentes que les hommes. « Je suis ici pour défendre les femmes européennes contre les hommes comme vous », lui avait-elle lancé avec virulence.

La justice européenne annule les sanctions contre un député sexiste

La Cour de justice de l’UE a annulé le 31 mai la sanction du Parlement européen contre les propos sexistes et anti-migrants de l’élu polonais Janusz Korwin-Mikke.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.