La démocratie européenne est en manque de ses citoyens

DISCLAIMER: All opinions in this column reflect the views of the author(s), not of EURACTIV.COM Ltd.

Pascal Durand

Le recul dramatique des valeurs fondatrices de l’UE, comme la solidarité, la tolérance, le respect de la diversité est une menace. La révision de l’initiative citoyenne européenne cette semaine au Parlement doit donner plus de voix aux citoyens, et non pas moins.

Une tribune signée par les députés Europe Écologie au Parlement européen : Pascal Durand, Yannick Jadot, José Bové, Karima Delli, Eva Joly, Michèle Rivasi.

L’incapacité des institutions européennes à mettre les citoyennes et les citoyens au centre du processus délibératif et décisionnel est, selon nous, l’une des causes majeures expliquant la frustration politique ressentie, les rancunes et participent du sentiment d’éloignement ressenti par nombre de personnes. À l’heure où dans 27 États membres de l’Union européenne les consultations citoyennes sur l’Europe sont engagées, il est particulièrement regrettable de voir un droit d’initiative citoyenne étouffé au Parlement européen.

Mise en place par en 2007 par le traité de Lisbonne, l’Initiative citoyenne européenne est un outil démocratique transnational unique au monde permettant de mettre à l’agenda politique européen les propositions qui auraient reçu le soutien d’un million de citoyens à travers au moins sept États membres de l’Union européenne.

À ce jour plus de neuf millions d’Européens ont utilisé leur droit en participant à une initiative citoyenne, pour demander l’interdiction du glyphosate, un droit universel à l’eau, ou encore une réflexion sur le revenu universel. Largement imparfait, cet outil se heurte à des blocages institutionnels puisque la Commission européenne s’est toujours refusée de donner une suite législative aux propositions citoyennes.

Face à ce déséquilibre institutionnel et politique, la réforme de l’Initiative citoyenne européenne en cours de négociation pouvait permettre de faire entendre la voix des Européennes et des Européens et de renforcer le poids du Parlement dans l’équilibre imparfait des institutions. Malheureusement c’est exactement le contraire qui se produit.

Une majorité se dessine au sein du Parlement européen pour refuser de donner à ces initiatives l’impact politique qu’elles pourraient avoir, en leur accordant, dès qu’elles ont recueilli le million de signatures exigé, un débat démocratique en plénière au Parlement.

L’avenir de l’initiative citoyenne européenne sera fixé cette semaine de la session plénière du Parlement européen, il s’agit d’une opportunité unique de renforcer la démocratie européenne qui ne doit pas être la victime de celles et ceux qui au sein de la Commission et du Conseil ont peur de la démocratie directe et des débats transparents au Parlement.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe