Avec 123 féminicides en 2017, la France n’est pas le pays le plus mal classé d’Europe

Deux manifestations contre la violence faite aux femmes se sont déroulées ne même temps dans les rues de Nantes. La première regroupait environ 650 personnes l'autre environ 450. [JEROME FOUQUET / OUEST-FRANCE]

Alors que le gouvernement lance un « Grenelle » des violences conjugales en France, la question des féminicides touche toute l’Union européenne. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Déjà 100 femmes tuées par leur (ex-) conjoint en France depuis le début de l’année. Le gouvernement a lancé ce mardi 3 septembre, en présence de familles de victimes, un « Grenelle » des violences conjugales.

Selon Eurostat, il y avait eu 123 femmes décédées tuées par leur partenaire ou ex-partenaire en 2017 en France, un chiffre qui classe l’Hexagone juste derrière l’Allemagne.

En 2018, 149 personnes sont décédées en France, tuées par leur partenaire ou ex-partenaire. Plus de 80 % des victimes de ces crimes conjugaux sont des femmes.

L'Europe doit s'inspirer des pays d’Amérique latine et reconnaître le féminicide

Reconnaître le féminicide comme un crime spécifique commis contre des femmes parce qu’elles sont femmes est un premier pas que les pays européens doivent franchir pour lutter efficacement contre les violences faites aux femmes.

Plus de féminicides en Allemagne qu’en France

La France et l’Allemagne se situent dans ce classement loin devant la Roumanie (84 décès de femmes), le Royaume-Uni (70) ou l’Italie (65). Mais, comme le relève BFMTV sur son site, ce chiffre est aussi à mettre en rapport avec le nombre d’habitants dans le pays.

De ce point de vue, c’est en Roumanie qu’il y a le plus de féminicides : il y a ainsi 4,3 décès de femmes par homicide volontaire par million d’habitants, suivi de la Hongrie (4,2), de la Finlande (3,6) ou l’Allemagne (2,3). La France se classe en sixième position avec 1,8 meurtre de femmes par million d’habitants.

>> Lire la suite sur Ouest-France

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.