Des immigrés affrontent la police en Grèce

Amygdaleza centre for immigrants in Greece.jpg

Des dizaines d’immigrés enfermés dans un centre de rétention grec ont violemment protesté contre la prolongation de leur captivité.

Embourbée dans sa pire crise financière depuis des décennies, la Grèce est devenue une frontière pour les immigrants. Ils proviennent en majeure partie d'Asie et d'Afrique, à la recherche d'une ville meilleure en Europe. Ils aboutissent cependant souvent dans des centres de détention exigus.

Sur les 1620 immigrés détenus dans le centre d'Amygdaleza, plus de 50 ont été arrêtés à la suite des conflits qui ont débuté dans la nuit du 10 août.

Les détenus ont jeté des bouteilles et des pierres sur les gardiens. Ils ont également incendié des matelas et des sacs à ordures. Une dizaine de gardiens ont été blessés. Selon la police, aucun immigré n'a subi de blessures.

La police antiémeute est intervenue à coups de gaz lacrymogènes pour disperser la foule et mettre fin aux troubles. Dix migrants ont pris la fuite, ont précisé les forces de l'ordre.

La Grèce est depuis longtemps la cible de critiques d'organisations de défense des droits de l'homme qui dénoncent les conditions de vie dans les centres d'accueil d'immigrés et sa pratique restrictive du droit d'asile. La République hellénique est ainsi l'un des pays où le traitement à l'égard des migrants clandestins est l'un des plus stricts dans l'UE.

Depuis le début de la crise, la xénophobie a pris de l'ampleur dans un pays où 25 % de la population est sans emploi. Un coup de fouet pour le parti d'extrême droite l'Aube dorée qui arrive ainsi en troisième position dans les sondages.  

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.