Des sabotages « graves » du réseau internet en France

Dans la nuit de mardi à mercredi (27 avril), des individus, qui n’ont toujours pas été identifiés, ont sectionné des câbles internet en l’espace de quelques heures. [Shutterstock/Pinkyone]

Une enquête pour « atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation » a été ouverte après que de nombreux actes de sabotage du réseau internet ont eu lieu en Île-de-France et dans l’Est du pays.

Dans la nuit de mardi à mercredi (27 avril), des individus, qui n’ont toujours pas été identifiés, ont sectionné des câbles internet en l’espace de quelques heures.

Le nombre de foyers concernés par les perturbations est limité, mais l’évènement a été pris très au sérieux par les autorités françaises : le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation » et « association de malfaiteurs ».

La Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), c’est-à-dire les services de renseignement français, a été associée aux investigations liées à l’enquête.

Les réseaux ciblés seraient notamment des câbles souterrains de fibre optique longue distance reliant Paris à plusieurs grandes villes françaises, dont Strasbourg, Lyon et Lille. Les effets se sont étendus aux régions alentour.

Ces actes de vandalisme étaient « coordonnés », selon une source du ministère de l’Économie citée par l’Obs. Il s’agit d’un fait « très rare » et « grave » vu l’étendue des dégâts et la coordination dont les auteurs ont fait preuve, selon la même source.

Le choix des câbles visés pose aussi question, l’opérateur internet Free ayant indiqué que « trois des quatre artères » dont il dispose ont été vandalisées. L’AFP rapporte que « ce genre d’incident de cette ampleur, ça n’arrive jamais » selon une source proche du dossier.

Subscribe to our newsletters

Subscribe